Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Le Parlement nomme un nouveau Premier ministre

Dernière modification : 15/04/2009

Le Parlement hongrois a élu Gordon Bajnai au poste de Premier ministre. Son prédécesseur, Ferenc Gyurcsany, avait démissionné fin mars. Opposés à cette nomination, des manifestants d'extrême droite se sont heurtés à la police.

REUTERS - Le Parlement hongrois a élu mardi Gordon Bajnai au poste de Premier ministre avec pour mission de relancer l'économie du pays, maintenue à flot par une aide coordonnée par le Fonds monétaire international (FMI).

 

Soutenu par le Parti socialiste et la petite formation des Démocrates libres, Gordon Bajnai a obtenu 204 voix sur 385.

 

Il remplace Ferenc Gyurcsany, qui avait annoncé sa démission fin mars pour laisser la place à un gouvernement plus à même de lancer des réformes économiques.

 

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés devant le parlement pendant la prestation de serment pour réclamer la démission du nouveau gouvernement et des élections anticipées.

 

Des heurts ont opposé quelques centaines de manifestants - pour la plupart d'extrême-droite - à la police et une dizaine de policiers et de manifestants ont été blessés, rapporte l'agence MTI.

 

Le nouveau chef du gouvernement, qui occupait depuis un an le poste de ministre de l'Economie, a fait valoir la nécessité de mener une politique d'austérité fiscale et budgétaire.

 

"Pour faire redémarrer l'économie, il faut réduire le fardeau fiscal qui pèse sur l'emploi (...) et soutenir les secteurs de l'économie les plus porteurs et à forte valeur ajoutée", a-t-il déclaré devant les parlementaires.

 

"L'équilibre budgétaire, pour maintenir le déficit qui a été ramené autour de 3% (du PIB), est une condition indispensable à la gestion de la crise", a-t-il ajouté.

 

Gordon Bajnai a prévenu qu'il était prêt à jeter l'éponge et à convoquer des élections anticipées si son programme n'était pas soutenu. Il prévoit notamment de réduire les retraites, les aides publiques et les salaires des fonctionnaires.

 

Avant son élection par le parlement, Gordon Bajnai avait dit qu'il nommerait au ministère des Finances Peter Oszko, 36 ans.

 

"J'attends de lui qu'il maintienne le budget à l'équilibre, qu'il veille à ce l'Etat soit économe et dans le même temps qu'il crée les conditions de la croissance en établissant un nouveau code fiscal", a-t-il dit.

 

La Hongrie, dont l'économie devrait reculer de plus de 6%, est devenue l'an dernier le premier membre de l'Union européenne à faire appel au FMI et a reçu 25,1 milliards de dollars de prêts financés par ce dernier, par l'UE et la Banque mondiale.

 

Première publication : 15/04/2009

COMMENTAIRE(S)