Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le procès de l'unique survivant du commando islamiste reporté

Vidéo par Miyuki DROZ ARAMAKI

Dernière modification : 15/04/2009

Soupçonnée d'être liée à un témoin de l'accusation, l'avocate désignée pour défendre le survivant du commando qui avait semé la terreur à Bombay, en novembre 2008, a été récusée quelques minutes avant l'ouverture du procès.

AFP - Le procès de l'unique survivant du commando islamiste qui avait attaqué Bombay en novembre 2008 a été ajourné mercredi, quelques minutes avant son ouverture, en raison de la récusation de l'avocate de la défense, a annoncé le juge.

Le juge M.L. Tahaliyani a indiqué au tribunal qu'"il ne paraissait pas approprié que Anjali Waghmare soit l'avocate de l'accusé numéro 1", le Pakistanais Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab".

Début avril, Me Waghmare, une juriste indienne, avait accepté de défendre M. Iman, en dépit de pressions et menaces d'extrémistes hindous.

Mais le juge a fait état d'un possible conflit d'intérêt, puisque l'avocate serait liée à un témoin de l'accusation.

La magistrat a repoussé l'audience plus tard dans la journée, sans dire s'il serait possible d'ouvrir le procès sans avocat de la défense.

M. Iman, âgé de 21 ans, est en détention préventive en Inde depuis les attentats de Bombay perpétrés du 26 au 29 novembre (174 tués, dont neuf des dix assaillants).

Arrêté après avoir commis un carnage dans la gare de la mégapole, il est inculpé pour "actes de guerre contre le pays", meurtres et tentatives de meurtres et violation de la législation sur les armes et les explosifs.

Il encourt la peine de mort.
 

Première publication : 15/04/2009

COMMENTAIRE(S)