Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Sports

La "French touch" s'immisce dans la phase finale de la saison NBA

Dernière modification : 16/04/2009

Six joueurs français se sont offerts un passeport pour les phases finales de la NBA. Après une saison éclatante, le meneur de San Antonio, Tony Parker s'est imposé comme le "Frenchie" incontournable du championnat américain.

AFP - Six joueurs français, contre quatre l'an passé, sont sortis mercredi de la longue saison régulière NBA avec l'opportunité de jouer les phases finales, à partir de samedi.

 

Tony Parker a encore une fois été le "Frenchie" incontournable de la saison, avec ses meilleures statistiques en carrière et une nouvelle dimension à San Antonio comme dans la prestigieuse Ligue nord-américaine.

 

Boris Diaw s'est également distingué à Charlotte alors que Joakim Noah (Chicago) et Mickaël Piétrus (Orlando) ont suivi des trajectoires inverses: le premier a émergé à la mi-saison quand le second s'est peu à peu effacé.

 

Le "rookie" Nicolas Batum a plus que tenu le choc dans le cinq majeur de Portland, où personne ne l'attendait.
 

A l'inverse, 2009 restera une année à oublier pour Ronny Turiaf avec Golden State, jamais en mesure de lutter pour une place en play-offs.

Tony Parker (San Antonio), en NBA depuis 2001
Statistiques: 72 matches (71 titularisations), 34 min, 3,1 rbds, 6,9 passes, 21,9 pts
 

Le meneur de jeu a connu une saison éclatante, sa meilleure, malgré une blessure à une cheville qui l'a tenu à l'écart trois semaines en novembre. Ses 22 points et 7 passes de moyenne ne traduisent pas l'envergure réellement prise par le Français au sein de Spurs où le fragile Argentin Ginobili a joué les intermittents et où Tim Duncan a dû souvent reposer ses genoux grinçants. Deux fois élu joueur de la semaine à l'Ouest, il a connu un troisième All-Star Game et franchi la barre des 10.000 points marqués en saison régulière, disputant treize matches à plus de 30 points. Reste que les Spurs ont décliné en fin de saison et que leur tâche en play-offs s'annonce délicate.

 

Boris Diaw (Phoenix puis Charlotte), en NBA depuis 2003

Statistiques: 80 matches (22 avec Phoenix, aucune titularisation; 58 avec Charlotte, tous comme titulaire), 34 min, 5,4 rbds, 4,1 passes, 13,3 pts

Deux façons de voir les choses pour Diaw. Pile: dès ses premiers matches après son transfert mi-décembre, l'ex-Palois est devenu une pièce maîtresse des Bobcats, l'entraîneur Larry Brown lui faisant une confiance aveugle. Ses stats et son temps de jeu ont explosé: 6 rebonds, 5 passes décisives et 15,2 points, soit deux fois mieux qu'à Phoenix. Face: malgré tous ses efforts, Charlotte n'a pu accrocher les play-offs et demeure une équipe de deuxième partie de tableau, en cours de construction.

 

Joakim Noah (Chicago), en NBA depuis 2007
Statistiques: 80 matches, 55 titularisations, 24 min, 7,6 rbds, 1,4 contre, 6,6 points

Une saison en deux parties, comme l'an passé pour ses débuts en NBA. Des stats médiocres et de rares titularisations jusqu'en janvier, des "double doubles" à la pelle (9) et une place attitrée dans le cinq majeur ensuite. Une montée en puissance qui a correspondu à celle de son équipe, bien mal en point à la mi-saison mais finalement qualifiée pour les play-offs.

 

Mickaël Piétrus (Orlando), en NBA depuis 2003
Statistiques: 54 matches, 25 titularisations, 24,5 min, 3,3 rbds, 9,3 pts

La sixième saison "d'Air France" était très bien partie mais des blessures à répétition l'ont freiné dans son élan. Il a fini par perdre sa place de titulaire en deuxième partie de saison et ses stats ont nettement chuté. Elles restent toutefois supérieures à la saison passée à Golden State.

 

Nicolas Batum (Portland), en NBA depuis 2008
Statistiques: 79 matches (75 titularisations), 18,4 min, 2,8 rbds, 5,4 pts

La belle surprise. Profitant de la blessure de Martell Webster, il a su s'installer comme titulaire dans une franchise pétrie de joueurs talentueux et le rester. Discret, humble, appliqué, il n'a pas fait plus que ce que l'entraîneur Nate McMillan lui demandait mais l'a très bien fait.

 

Ronny Turiaf (Golden State), en NBA depuis 2005
Statistiques: 79 matches (26 titularisations), 21,5 minutes, 4,6 rbds, 2,1 passes, 2,2 contres, 5,9 pts

Un peu plus de rebonds, un peu moins de points que l'an passé à Los Angeles mais à peine plus de titularisations dans une équipe au standing pourtant bien inférieur. Turiaf, qui a laissé beaucoup d'amis et de nostalgie en Californie du Sud, n'a pas fait son trou pour sa première saison un peu plus au nord.

 

Johan Petro (Oklahoma City puis Denver), en NBA depuis 2005
Statistiques: 49 matches (22 avec Oklahoma, 10 titularisations; 27 avec Denver, 12 titularisations), 11,5 min, 3,2 rbds, 3,4 pts

Une saison à oublier de toute urgence. Son transfert à Denver en janvier a eu pour effet de diviser son temps de jeu et ses stats par deux (2,3 pts en 8 minutes par match avec les Nuggets). Il peut se consoler en se disant qu'il jouera les play-offs, chose qu'il n'aurait pas faite dans l'Oklahoma.

 

Yakhouba Diawara (Miami), en NBA depuis 2006
Statistiques: 63 matches (20 titularisations), 13,4 min, 1,3 rbd, 3,4 pts

Encore une saison dans l'ombre pour Diawara, comme à Denver l'an dernier. Sa carrière NBA n'a pas changé de cours à Miami et reste anecdotique.

 

Alexis Ajinca (Charlotte), en NBA depuis 2008
Statistiques: 31 matches (4 titularisations), 6 min, 1 rbd et 2,3 pts

L'intérieur rookie de 20 ans a vécu une difficile saison d'apprentissage, passée pour l'essentiel sur le banc avant de finir en Ligue mineure.

 

Ian Mahinmi (San Antonio), en NBA depuis 2007

Brièvement envoyé en Ligue mineure en novembre puis opéré de la cheville droite fin janvier, sa saison s'est terminée avant même d'avoir commencé.

Première publication : 16/04/2009

COMMENTAIRE(S)