Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou exige des Palestiniens qu'ils reconnaissent l'"État juif"

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Dernière modification : 17/04/2009

Lors d'une rencontre avec l'émissaire américain George Mitchell, le Premier ministre israélien a fait de la reconnaissance d'Israël comme "État juif" par les Palestiniens un préalable à toute discussion sur la création de deux États.

AFP - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a réclamé jeudi que les Palestiniens reconnaissent Israël comme Etat juif, lors d'une rencontre avec l'émissaire spécial américain George Mitchell, apprend-on auprès de la Présidence du Conseil.

"Israël attend des Palestiniens qu'ils reconnaissent l'Etat d'Israël comme l'Etat du peuple juif", a déclaré M. Netanyahu à son interlocuteur, lors d'une rencontre à Tel Aviv.

M. George Mitchell tentait jeudi de faire avancer l'idée d'une solution à deux Etats, palestinien et israélien, à l'occasion de sa première mission au Proche-Orient depuis la formation en Israël du gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu.

"La politique des Etats-Unis se concentre sur une solution à deux Etats coexistant en paix", a déclaré aux journalistes M. Mitchell à l'issue d'une rencontre à Jérusalem avec le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman.

"Il s'agit d'une première rencontre. Nous avons discuté de notre coopération étroite et de l'harmonisation de nos positions sur la question palestinienne", a de son côté indiqué M. Lieberman.

L'approche des Etats-Unis se heurte aux réticences du cabinet israélien, investi le 31 mars, qui écarte en fait l'option de deux Etats tout en se disant prêt à parler de paix avec les Palestiniens sur la base d'un plan privilégiant leur développement économique.

Le prédécesseur de M. Netanyahu, Ehud Olmert, avait déjà exigé en novembre 2007 que les Palestiniens reconnaissent Israël "comme l'Etat du peuple juif", mais n'était quasiment plus revenu sur ce thème par la suite.

A l'époque, cette exigence avait été qualifiée "d'inacceptable" par le chef de l'équipe des négociateurs palestiniens, Ahmad Qoreï, qui avait rappelé que l'Autorité palestinienne "reconnaissait l'Etat d'Israël dans les frontières de 1967", jugeant qu'il n'avait pas à lui reconnaître un caractère particulier.

Les Palestiniens considèrent que la reconnaissance d'Israël comme l'Etat des Juifs reviendrait pour eux à renoncer au "droit au retour" sur leurs terres des réfugiés palestiniens.

Le sort des réfugiés palestiniens, poussés à l'exode à la création d'Israël en 1948, et de leurs descendants, soit près de 4,5 millions de personnes, est un élément clé du conflit israélo-palestinien mais l'Etat juif refuse d'entendre parler de leur retour.

Israël considère qu'une entrée en masse de réfugiés à laquelle la reconnaissance de leur droit au retour ouvrirait la porte, menacerait son existence en tant qu'Etat juif, les quelque 6 millions de juifs risquant de se retrouver en minorité.

Israël se définit selon une loi fondamentale comme "Etat juif et démocratique" tout en comptant 1,3 million de citoyens arabes. Il s'agit des descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'Etat juif. Ils représentent aujourd'hui 20% de sa population.
 

Première publication : 16/04/2009

COMMENTAIRE(S)