Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

FRANCE

Nouvel échec pour le Rafale, exclu d'un appel d'offres indien

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 16/04/2009

L'Inde, qui compte s'équiper de 126 chasseurs de combat, a exclu, jeudi, le Rafale de Dassault Aviation de son appel d'offres de 12 milliards de dollars. Un nouvel échec pour le constructeur français qui n'arrive toujours pas a exporter l'avion...

Un raté de plus s’ajoute à la longue liste des échecs déjà enregistrés par le Rafale de Dassault Aviation. Jeudi, le ministère indien de la Défense a annoncé que l’avion militaire français n'était pas retenu pour un appel d'offres de 12 milliards de dollars destiné à équiper son armée de l'air de 126 chasseurs de combat. Un échec pour la France, qui voit filer sous son nez l’un des plus gros contrats actuellement sur le marché...

 

"Le Rafale n'a pas rempli les conditions habituelles, a expliqué le ministère indien. Dassault ne peut pas soumettre de nouvelles propositions ou offrir des alternatives pour l'évaluation technique. L'entreprise est hors jeu de manière permanente", a-t-il même insisté.

 

S'exprimant sous couvert d'anonymat, un responsable du ministère indien de la Défense a affirmé à l’AFP que "le coût relativement élevé de l'avion" avait pesé dans la balance. Une raison qui, si elle se confirme, rappelle la sortie très controversée du ministre français de la Défense, Hervé Morin, en septembre 2007, qui avait reconnu que le Rafale était un avion "difficile à vendre".

 

Pour l’instant cependant, Dassault Aviation affirme n'avoir reçu "aucune information en ce sens des autorités indiennes".

 

Double échec

La mévente du Rafale est d'abord un échec pour Dassault Aviation qui, depuis 1975, exporte 75 % de ses avions et ne cesse de vanter les performances de son chasseur dernière génération : conçu pour pouvoir se poser sur un porte-avion, il peut effectuer, simultanément, au cours d’une même mission, des actions de défense, de reconnaissance et d’attaque de surface. Doté de deux puissants réacteurs, il peut également monter à la verticale en accélérant.

  

Mais l'impossibilité de vendre l'avion est aussi un échec pour le gouvernement français. Le Rafale fait partie des programmes majeurs de la défense française. Depuis le sommet franco-indien de septembre 2008, Paris espérait en outre atteindre 12 milliards de dollars d'échanges commerciaux avec l’Inde en 2012, en grande partie grâce au secteur de la défense, et principalement celui de l'aéronautique.

 
Un de perdu, dix de retrouvés ?

 

Le marché indien perdu, il ne reste plus désormais au Rafale que deux gros acheteurs potentiels : les Émirats arabes unis et la Libye. Même si le fleuron de l’aéronautique française espère aussi s'exporter en Suisse et au Brésil.

 

Selon les professionnels de la défense, les Émirats arabes unis, à qui Dassault espère vendre une soixantaine d'appareils, pourraient effectivement devenir le premier marché du Rafale à l'export. Le Qatar ou le Koweït pourraient aussi signer une commande ferme à relativement brève échéance. Dans un futur plus lointain, le marché brésilien reste ouvert.

 

La Grèce projette également d’acheter rapidement 40 à 60 nouveaux avions de combat. Elle doit annoncer le nom du vainqueur à la fin de 2009. Le Rafale est en compétition avec le F/A-18E/F de Boeing, l'Eurofighter Typhoon européen et, depuis peu, un chasseur suédois.

 

Pour autant, rien n’est gagné : pour l'heure, le Rafale ne vole toujours que pour l'armée de l'air française, malgré sa quinzaine d'années d'existence. Plus grave : il a accumulé les échecs ces dernières années, notamment au Maroc, en Corée du Sud et à Singapour, où un contrat semblait acquis.  Et à cette sombre liste s’ajoute, désormais, l’Inde...

 

Première publication : 16/04/2009

COMMENTAIRE(S)