Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Asie - pacifique

L'unique survivant du commando islamiste revient sur ses aveux

Vidéo par Sébastien DAGUERRESSAR

Dernière modification : 17/04/2009

Aujourd'hui dans le boxe des accusés, le seul survivant du commando qui a mené les attaques de Bombay en novembre 2008 prétend que ses aveux ont été obtenus par la force. Son avocat affirme qu'il va plaider non coupable.

AFP - L'accusé au procès des attentats de Bombay en Inde fin 2008 veut revenir sur ses aveux, affirmant qu'ils lui ont été soustraits sous la torture, a déclaré vendredi à la presse son avocat.

"Conformément à ses instructions, une demande de rétractation de ses présumés aveux a été déposée", a dit Maître Abbas Kazmi, qui défend le Pakistanais Mohammad Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", jugé depuis jeudi par un tribunal à Bombay pour avoir perpétré un carnage dans la capitale économique indienne du 26 au 29 novembre 2008 (174 tués, dont neuf des dix assaillants).

"Il va plaider non coupable", a ajouté l'avocat.

Le juriste a précisé que son client --seul survivant du commando islamiste-- avait fait des aveux "soustraits de manière coercitive et par la force", devant un magistrat alors qu'il était en détention préventive à Bombay.

"Cela n'était pas une confession volontaire", a encore dit Me Kazmi.

M. Iman "a été physiquement torturé", a affirmé l'avocat en citant son client.

Première publication : 17/04/2009

COMMENTAIRE(S)