Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Asie - pacifique

L'unique survivant du commando islamiste revient sur ses aveux

Vidéo par Sébastien DAGUERRESSAR

Dernière modification : 17/04/2009

Aujourd'hui dans le boxe des accusés, le seul survivant du commando qui a mené les attaques de Bombay en novembre 2008 prétend que ses aveux ont été obtenus par la force. Son avocat affirme qu'il va plaider non coupable.

AFP - L'accusé au procès des attentats de Bombay en Inde fin 2008 veut revenir sur ses aveux, affirmant qu'ils lui ont été soustraits sous la torture, a déclaré vendredi à la presse son avocat.

"Conformément à ses instructions, une demande de rétractation de ses présumés aveux a été déposée", a dit Maître Abbas Kazmi, qui défend le Pakistanais Mohammad Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", jugé depuis jeudi par un tribunal à Bombay pour avoir perpétré un carnage dans la capitale économique indienne du 26 au 29 novembre 2008 (174 tués, dont neuf des dix assaillants).

"Il va plaider non coupable", a ajouté l'avocat.

Le juriste a précisé que son client --seul survivant du commando islamiste-- avait fait des aveux "soustraits de manière coercitive et par la force", devant un magistrat alors qu'il était en détention préventive à Bombay.

"Cela n'était pas une confession volontaire", a encore dit Me Kazmi.

M. Iman "a été physiquement torturé", a affirmé l'avocat en citant son client.

Première publication : 17/04/2009

COMMENTAIRE(S)