Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Asie - pacifique

L'unique survivant du commando islamiste revient sur ses aveux

Vidéo par Sébastien DAGUERRESSAR

Dernière modification : 17/04/2009

Aujourd'hui dans le boxe des accusés, le seul survivant du commando qui a mené les attaques de Bombay en novembre 2008 prétend que ses aveux ont été obtenus par la force. Son avocat affirme qu'il va plaider non coupable.

AFP - L'accusé au procès des attentats de Bombay en Inde fin 2008 veut revenir sur ses aveux, affirmant qu'ils lui ont été soustraits sous la torture, a déclaré vendredi à la presse son avocat.

"Conformément à ses instructions, une demande de rétractation de ses présumés aveux a été déposée", a dit Maître Abbas Kazmi, qui défend le Pakistanais Mohammad Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", jugé depuis jeudi par un tribunal à Bombay pour avoir perpétré un carnage dans la capitale économique indienne du 26 au 29 novembre 2008 (174 tués, dont neuf des dix assaillants).

"Il va plaider non coupable", a ajouté l'avocat.

Le juriste a précisé que son client --seul survivant du commando islamiste-- avait fait des aveux "soustraits de manière coercitive et par la force", devant un magistrat alors qu'il était en détention préventive à Bombay.

"Cela n'était pas une confession volontaire", a encore dit Me Kazmi.

M. Iman "a été physiquement torturé", a affirmé l'avocat en citant son client.

Première publication : 17/04/2009

COMMENTAIRE(S)