Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Amériques

Obama souhaite un "nouveau départ" avec Cuba

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 18/04/2009

Le président américain Barack Obama a déclaré que les États-Unis cherchaient "un nouveau départ" dans leurs relations avec Cuba, lors du discours inaugural du sommet des Amériques, qui se tient jusqu'à dimanche à Trinité-et-Tobago.

Le président américain Barack Obama a déclaré vendredi que les Etats-Unis cherchaient "un nouveau départ" dans leurs relations avec Cuba et qu'ils étaient prêts à engager des discussions avec l'île sur nombre de dossiers, des droits de l'Homme à l'économie.

"Je suis prêt à faire en sorte que mon administration engage le dialogue avec le gouvernement cubain sur un large éventail de questions: des droits de l'Homme, de la liberté d'expression et de la réforme démocratique à la drogue en passant par l'immigration et les questions économiques", a-t-il indiqué. Le président américain a prévenu, sous les applaudissements, qu'il n'était "pas venu ici s'occuper du passé, mais de l'avenir".

Il s'est également dit prêt à d'autres gestes si La Havane entreprenait des réformes démocratiques.

Ce discours est un nouveau signe du réchauffement entre Washington et La Havane voulu par l'administration américaine, qui a ouvert cette semaine une brèche dans l'embargo frappant Cuba depuis 47 ans.

Rompant avec son prédécesseur George W. Bush, qui avait durci la politique américaine envers l'île communiste, Obama a mis fin lundi aux restrictions qui visaient les voyages et les transferts d'argent des Cubano-Américains vers Cuba.

Le président cubain Raul Castro, non convié au Sommet des Amériques, a déclaré qu'il était prêt à discuter "de tout" avec Washington, y compris de la question des prisonniers politiques. Cuba est exclue de l'Organisation des Etats américains (OEA) en 1962. Cette absence pourrait dominer les débats, plusieurs dirigeants ayant d'ores et déjà appelé les Etats-Unis à lever leur embargo contre Cuba.

Plusieurs chefs d'Etat de gauche, membres de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (Alba), ont aussi annoncé qu'ils rejetaient le projet de déclaration finale du sommet qui n'apporte selon eux aucune réponse à la crise économique et exclue "de manière injustifiée" Cuba.

Poignée de main symbolique entre Obama et Chavez


En se disant ouvert au dialogue avec Cuba, Barack Obama a cherché aussi à désamorcer l'offensive du président Chavez, chef de file de la contestation anti-américaine en Amérique latine.

Peu avant son discours, le président américain et son homologue vénézuélien Hugo Chavez ont échangé une poignée de mains, un geste hautement symbolique.

"J'ai salué Bush avec cette main il y a huit ans. Je veux être votre ami", a lancé Hugo Chavez à Barack Obama, qui le remerciait en le prenant par le bras.

L'administration américaine a fait savoir jeudi qu'aucun entretien privé n'était prévu en marge de ce sommet entre les deux chefs d'État.

Chavez, qui a exhorté Obama à lever l'embargo américain contre Cuba, l'a récemment traité de "pauvre ignare" après qu'il
l'eut accusé de faire obstacle aux progrès en Amérique latine.

Première publication : 18/04/2009

COMMENTAIRE(S)