Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

Economie

Quand la publicité se prend pour "Big Brother"

Vidéo par Sylvain ROUSSEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/05/2009

Les techniques de marketing se rapprochent toujours plus près du consommateur lambda pour étudier son comportement. Dernière trouvaille controversée : le Numériflash, qui filme vos réactions devant les publicités.

Consommez, vous êtes filmé ! On croyait la surveillance réservée à la sécurité mais non, le marketing est aussi un gros consommateur d'informations personnelles. Grâce aux technologies numériques, les publicistes peuvent tout mettre en fiche et transformer nos vies en langage informatique.

Ainsi la publicité se prend pour "Big Brother" et veut tout savoir sur nos réflexes d'achat. Pour cela, elle vient d'inventer le Numériflash, un panneau publicitaire qui filme et enregistre les réactions des passants devant les publicités. Mais ce must de l'info-marketing inquiète les militants anti-pub.

Du marketing à la surveillance, il n'y a qu'un pas sur lequel Sylvain Rousseau et Stéphanie Paviet ont enquêté.

Sur le plateau d'Adi Laïdi, Éric Sadin, auteur de "Surveillance globale : enquête sur les nouvelles formes de contrôle" (édition Climats).
 

Première publication : 23/05/2009

COMMENTAIRE(S)