Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Regain de tension au Burundi entre 2 et 4 morts depuis mardi soir

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le corps d'un enfant syrien mort noyé, terrible symbole de la crise des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Joseph Stiglitz : "Les politiques qui ont mené à la crise dominent toujours"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Inde - Pakistan : une nouvelle génération prend les armes au Cachemire

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

De la Syrie à la Hongrie : une famille sur la route de l'exil

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Humour belge garanti dans "Le tout nouveau testament"

En savoir plus

FACE À FACE

Rentrée politique : les défis de François Hollande

En savoir plus

Amériques

La fin de l'embargo n'est pas d'actualité, selon un conseiller d'Obama

Vidéo par Clovis CASALI

Dernière modification : 20/04/2009

La levée de l'embargo américain sur Cuba "n'est pas pour demain", affirme Lawrence Summers, le principal conseiller économique du président américain. "Cela va dépendre de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il ajouté.

AFP - Le principal conseiller économique du président américain Barack Obama Lawrence Summers a affirmé dimanche que la levée de l'embargo américain visant Cuba n'était "pas pour demain", dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision américaine NBC.

"Ce n'est pas pour demain, et cela va dépendre de ce que Cuba fait, de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il déclaré.

M. Obama s'est déclaré "prêt au dialogue" avec Cuba à l'occasion du sommet des Amériques à Trinité-et-Tobago, afin d'emmener dans une "nouvelle direction" les relations entre Washington et La Havane, conflictuelles depuis 50 ans.

Il avait annoncé, avant de rallier Trinité-et-Tobago, la levée de toutes les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubains des Etats-Unis vers leur île d'origine.

La Maison Blanche a cependant réaffirmé samedi que la balle était dans le camp cubain et que M. Obama attendait "désormais des mesures de réciprocité", notamment sur les droits de l'homme et les prisonniers politiques à Cuba.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)