Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Amériques

La fin de l'embargo n'est pas d'actualité, selon un conseiller d'Obama

Vidéo par Clovis CASALI

Dernière modification : 20/04/2009

La levée de l'embargo américain sur Cuba "n'est pas pour demain", affirme Lawrence Summers, le principal conseiller économique du président américain. "Cela va dépendre de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il ajouté.

AFP - Le principal conseiller économique du président américain Barack Obama Lawrence Summers a affirmé dimanche que la levée de l'embargo américain visant Cuba n'était "pas pour demain", dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision américaine NBC.

"Ce n'est pas pour demain, et cela va dépendre de ce que Cuba fait, de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il déclaré.

M. Obama s'est déclaré "prêt au dialogue" avec Cuba à l'occasion du sommet des Amériques à Trinité-et-Tobago, afin d'emmener dans une "nouvelle direction" les relations entre Washington et La Havane, conflictuelles depuis 50 ans.

Il avait annoncé, avant de rallier Trinité-et-Tobago, la levée de toutes les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubains des Etats-Unis vers leur île d'origine.

La Maison Blanche a cependant réaffirmé samedi que la balle était dans le camp cubain et que M. Obama attendait "désormais des mesures de réciprocité", notamment sur les droits de l'homme et les prisonniers politiques à Cuba.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)