Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Amériques

La fin de l'embargo n'est pas d'actualité, selon un conseiller d'Obama

Vidéo par Clovis CASALI

Dernière modification : 20/04/2009

La levée de l'embargo américain sur Cuba "n'est pas pour demain", affirme Lawrence Summers, le principal conseiller économique du président américain. "Cela va dépendre de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il ajouté.

AFP - Le principal conseiller économique du président américain Barack Obama Lawrence Summers a affirmé dimanche que la levée de l'embargo américain visant Cuba n'était "pas pour demain", dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision américaine NBC.

"Ce n'est pas pour demain, et cela va dépendre de ce que Cuba fait, de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il déclaré.

M. Obama s'est déclaré "prêt au dialogue" avec Cuba à l'occasion du sommet des Amériques à Trinité-et-Tobago, afin d'emmener dans une "nouvelle direction" les relations entre Washington et La Havane, conflictuelles depuis 50 ans.

Il avait annoncé, avant de rallier Trinité-et-Tobago, la levée de toutes les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubains des Etats-Unis vers leur île d'origine.

La Maison Blanche a cependant réaffirmé samedi que la balle était dans le camp cubain et que M. Obama attendait "désormais des mesures de réciprocité", notamment sur les droits de l'homme et les prisonniers politiques à Cuba.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)