Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

Amériques Amériques

Le Royaume-Uni participera à la conférence "Durban II"

Vidéo par Clément MASSE , Rachel MARUSAK

Dernière modification : 20/04/2009

La Grande-Bretagne participera à la conférence de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, alors que les États-Unis refuse d 'y assister. Plusieurs pays craignent que la conférence soit dominée par des critiques envers Israël.

AFP - La Grande-Bretagne participera à la conférence controversée de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, a indiqué un porte-parole du Foreign office dimanche.

"Nous avons des lignes rouges qui, selon nous, ont été respectées au point où nous en sommes, nous avions dit à plusieurs occasions que nous voulions que la conférence débouche sur une volonté collective de combattre le racisme maintenant", a déclaré à l'AFP le porte-parole.

"Nous regardons comment les choses se développent" mais "notre intention est toujours d'y participer", a-t-il poursuivi.

La présence attendue, lundi à Genève, du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a qualifié à plusieurs reprises l'Holocauste de "mythe" et multiplié les déclarations hostiles à Israël, dont il a réclamé la destruction, a jeté une ombre sur la Conférence.

Le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a souligné qu'il serait pour Londres "inacceptable que le processus tente de nier ou de dénigrer l'Holocauste".

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)