Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques Amériques

Le Royaume-Uni participera à la conférence "Durban II"

Vidéo par Clément MASSE , Rachel MARUSAK

Dernière modification : 20/04/2009

La Grande-Bretagne participera à la conférence de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, alors que les États-Unis refuse d 'y assister. Plusieurs pays craignent que la conférence soit dominée par des critiques envers Israël.

AFP - La Grande-Bretagne participera à la conférence controversée de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, a indiqué un porte-parole du Foreign office dimanche.

"Nous avons des lignes rouges qui, selon nous, ont été respectées au point où nous en sommes, nous avions dit à plusieurs occasions que nous voulions que la conférence débouche sur une volonté collective de combattre le racisme maintenant", a déclaré à l'AFP le porte-parole.

"Nous regardons comment les choses se développent" mais "notre intention est toujours d'y participer", a-t-il poursuivi.

La présence attendue, lundi à Genève, du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a qualifié à plusieurs reprises l'Holocauste de "mythe" et multiplié les déclarations hostiles à Israël, dont il a réclamé la destruction, a jeté une ombre sur la Conférence.

Le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a souligné qu'il serait pour Londres "inacceptable que le processus tente de nier ou de dénigrer l'Holocauste".

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)