Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Amériques Amériques

Le Royaume-Uni participera à la conférence "Durban II"

Vidéo par Clément MASSE , Rachel MARUSAK

Dernière modification : 20/04/2009

La Grande-Bretagne participera à la conférence de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, alors que les États-Unis refuse d 'y assister. Plusieurs pays craignent que la conférence soit dominée par des critiques envers Israël.

AFP - La Grande-Bretagne participera à la conférence controversée de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, a indiqué un porte-parole du Foreign office dimanche.

"Nous avons des lignes rouges qui, selon nous, ont été respectées au point où nous en sommes, nous avions dit à plusieurs occasions que nous voulions que la conférence débouche sur une volonté collective de combattre le racisme maintenant", a déclaré à l'AFP le porte-parole.

"Nous regardons comment les choses se développent" mais "notre intention est toujours d'y participer", a-t-il poursuivi.

La présence attendue, lundi à Genève, du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a qualifié à plusieurs reprises l'Holocauste de "mythe" et multiplié les déclarations hostiles à Israël, dont il a réclamé la destruction, a jeté une ombre sur la Conférence.

Le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a souligné qu'il serait pour Londres "inacceptable que le processus tente de nier ou de dénigrer l'Holocauste".

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)