Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Amériques Amériques

Le Royaume-Uni participera à la conférence "Durban II"

Vidéo par Clément MASSE , Rachel MARUSAK

Dernière modification : 20/04/2009

La Grande-Bretagne participera à la conférence de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, alors que les États-Unis refuse d 'y assister. Plusieurs pays craignent que la conférence soit dominée par des critiques envers Israël.

AFP - La Grande-Bretagne participera à la conférence controversée de l'ONU sur le racisme qui débute lundi à Genève, a indiqué un porte-parole du Foreign office dimanche.

"Nous avons des lignes rouges qui, selon nous, ont été respectées au point où nous en sommes, nous avions dit à plusieurs occasions que nous voulions que la conférence débouche sur une volonté collective de combattre le racisme maintenant", a déclaré à l'AFP le porte-parole.

"Nous regardons comment les choses se développent" mais "notre intention est toujours d'y participer", a-t-il poursuivi.

La présence attendue, lundi à Genève, du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a qualifié à plusieurs reprises l'Holocauste de "mythe" et multiplié les déclarations hostiles à Israël, dont il a réclamé la destruction, a jeté une ombre sur la Conférence.

Le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a souligné qu'il serait pour Londres "inacceptable que le processus tente de nier ou de dénigrer l'Holocauste".

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)