Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : A Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Homeland, Irak année zéro" : retour à Bagdad

En savoir plus

FOCUS

Irlande : la renaissance du "Tigre celtique"

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Remaniement : à la recherche de l’équilibre politique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Ahani : "Nous sommes optimistes pour une ouverture, tout en respectant nos principes islamiques"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

La culture à l’épreuve de l’hyper-modernité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Présidentielle américaine : la percée des outsiders

En savoir plus

Amériques

Obama n'attend "pas seulement des mots, mais des actes"

Vidéo par François-Xavier FRELAND

Dernière modification : 19/04/2009

Dans une conférence de presse à l'occasion de la clôture du Sommet des Amériques, le président américain Barack Obama a déclaré attendre de Cuba "pas seulement des mots, mais des actes". C'est "le défi pour nous tous", a-t-il ajouté.

AFP - Le président américain Barack Obama a admis dimanche que la politique menée pendant 50 ans par les Etats-Unis à l'égard de Cuba "n'avait pas marché", proposant que les deux pays démontrent leur volonté d'agir pour un rapprochement.

"Cela n'a pas marché comme nous l'espérions. Le peuple cubain n'est pas libre", a déclaré M. Obama, au cours d'une conférence de presse à l'issue du sommet des Amériques, à Trinité-et-Tobago.

"Pas seulement des mots, mais des actes, c'est le défi pour nous tous", a-t-il ajouté, tout en précisant que la politique américaine à l'égard de Cuba ne changerait pas "du jour au lendemain".

"Les questions relatives aux prisonniers politiques, à la liberté d'expression et la démocratie sont importantes, et ne sauraient être simplement mises de côté", a souligné M. Obama.

Le président américain a toutefois relevé des ""signaux positifs" dans les relations de Washington avec Cuba et le Venezuela, principal allié de l'île communiste dans la région.

Un peu plus tôt dans la journée, le principal conseiller économique de M. Obama, Lawrence Summers, avait affirmé que la levée de l'embargo américain visant Cuba n'était "pas pour demain", dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision américaine NBC.

"Ce n'est pas pour demain, et cela va dépendre de ce que Cuba fait, de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il déclaré.

Le sommet des Amériques s'est achevé dimanche à Port of Spain sans consensus des 34 pays sur une déclaration finale, notamment en raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis depuis 1962 à l'encontre de Cuba.

Plusieurs pays de la gauche radicale, emmenés par le président vénézuélien Hugo Chavez, avaient jugé "inacceptable" la déclaration finale faisant l'impasse sur l'embargo américain contre Cuba et sa mise à l'écart du sommet continental.

M. Obama s'était déclaré "prêt au dialogue" avec Cuba au début du sommet des Amériques, afin d'emmener dans une "nouvelle direction" les relations entre Washington et La Havane.

La Maison Blanche avait annoncé, juste avant le sommet continental, la levée de toutes les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubains des Etats-Unis vers leur île d'origine.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)