Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques

Obama n'attend "pas seulement des mots, mais des actes"

Vidéo par François-Xavier FRELAND

Dernière modification : 19/04/2009

Dans une conférence de presse à l'occasion de la clôture du Sommet des Amériques, le président américain Barack Obama a déclaré attendre de Cuba "pas seulement des mots, mais des actes". C'est "le défi pour nous tous", a-t-il ajouté.

AFP - Le président américain Barack Obama a admis dimanche que la politique menée pendant 50 ans par les Etats-Unis à l'égard de Cuba "n'avait pas marché", proposant que les deux pays démontrent leur volonté d'agir pour un rapprochement.

"Cela n'a pas marché comme nous l'espérions. Le peuple cubain n'est pas libre", a déclaré M. Obama, au cours d'une conférence de presse à l'issue du sommet des Amériques, à Trinité-et-Tobago.

"Pas seulement des mots, mais des actes, c'est le défi pour nous tous", a-t-il ajouté, tout en précisant que la politique américaine à l'égard de Cuba ne changerait pas "du jour au lendemain".

"Les questions relatives aux prisonniers politiques, à la liberté d'expression et la démocratie sont importantes, et ne sauraient être simplement mises de côté", a souligné M. Obama.

Le président américain a toutefois relevé des ""signaux positifs" dans les relations de Washington avec Cuba et le Venezuela, principal allié de l'île communiste dans la région.

Un peu plus tôt dans la journée, le principal conseiller économique de M. Obama, Lawrence Summers, avait affirmé que la levée de l'embargo américain visant Cuba n'était "pas pour demain", dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision américaine NBC.

"Ce n'est pas pour demain, et cela va dépendre de ce que Cuba fait, de ce que Cuba fait pour aller de l'avant", a-t-il déclaré.

Le sommet des Amériques s'est achevé dimanche à Port of Spain sans consensus des 34 pays sur une déclaration finale, notamment en raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis depuis 1962 à l'encontre de Cuba.

Plusieurs pays de la gauche radicale, emmenés par le président vénézuélien Hugo Chavez, avaient jugé "inacceptable" la déclaration finale faisant l'impasse sur l'embargo américain contre Cuba et sa mise à l'écart du sommet continental.

M. Obama s'était déclaré "prêt au dialogue" avec Cuba au début du sommet des Amériques, afin d'emmener dans une "nouvelle direction" les relations entre Washington et La Havane.

La Maison Blanche avait annoncé, juste avant le sommet continental, la levée de toutes les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubains des Etats-Unis vers leur île d'origine.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)