Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Consultations citoyennes : les 27 vont débattre, mais de quoi ?

En savoir plus

Amériques

La rencontre s'achève sans consensus sur une déclaration

Vidéo par Philip CROWTHER , Pauline PACCARD

Dernière modification : 20/04/2009

Le sommet des Amériques s'est achevé, dimanche, sans consensus des 34 États sur une déclaration finale. Plusieurs pays ont jugé "inacceptable" de faire l'impasse sur l'embargo américain qui vise Cuba.

AFP - Le sommet des Amériques s'est achevé dimanche à Port of Spain sans consensus des 34 pays sur une déclaration finale, a annoncé à la presse le Premier ministre de Trinité-et-Tobago, Patrick Manning.

"La déclaration elle-même n'avait pas l'accord de l'ensemble des 34 pays", a déclaré M. Manning. "Plusieurs pays ont émis des réserves sur certains points et c'est compréhensible car il est très difficile (de parvenir à un accord) dans une réunion et une négociation entre 34 pays".

"Le document qui émerge est un document de compromis qui a obtenu l'accord de certains et pas celui d'autres", a précisé le Premier ministre. "Nous avons donc décidé de l'adopter, car en l'adoptant nous reconnaissons qu'il n'y avait pas d'unanimité".

Plusieurs pays de la gauche radicale, emmenés par le président vénézuélien Hugo Chavez, avaient jugé "inacceptable" la déclaration finale faisant l'impasse sur l'embargo américain contre Cuba et sa mise à l'écart du sommet continental.

Jusqu'ici les chefs d'Etat et de gouvernement avaient toujours signé le texte final du sommet des Amériques, depuis sa première édition à Miami en 1994.

Cette déclaration sans unanimité nuit inévitablement au bilan, par ailleurs positif du sommet au cours duquel les dirigeants des Amériques se sont déclarés séduits par le discours du président américain Barack Obama qui a proposé "une nouvelle ère" dans les relations avec l'Amérique latine.

Exclu de l'Organisation des Etats américains (OEA) depuis 1962, année depuis laquelle l'embargo américain est en vigueur, Cuba n'était pas invité au sommet.

Première publication : 19/04/2009

COMMENTAIRE(S)