Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

EUROPE

La conférence sur le racisme entachée par les défections en série

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 20/04/2009

Par crainte des dérapages antisémites, plusieurs pays ont décidé de boycotter la conférence "Durban II" de l'ONU sur le racisme qui s'ouvre, ce lundi, à Genève. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad doit y prononcer un discours.

C’est dans un climat alourdi par le boycott de nombreux pays occidentaux et les récentes déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, que s’ouvre, ce lundi à Genève, la conférence de l’ONU sur le racisme, dite de "Durban II".


"Les absents menacent de faire tourner cette conférence au fiasco, estime Christophe Robeet, envoyé spécial de FRANCE 24 à Genève. Pour eux, les conditions ne sont pas réunies afin que ne se répètent pas les dérives de 2001."


Lors de la précédente conférence sur le racisme, organisée à Durban en Afrique du Sud, les Etats-Unis et Israël avaient en effet quitté le sommet pour protester contre les tentatives des pays arabes de faire inscrire, dans la déclaration finale, le sionisme comme une forme de racisme.

 

 


Cette fois, le projet de texte final ne mentionne ni Israël ni la diffamation des religions, deux "lignes rouges" définies par les Occidentaux. Et le document a maintenu, contre l’avis de l’Iran, le paragraphe sur la mémoire de l'Holocauste.


Les Etats-Unis ont toutefois annoncé, samedi, qu'ils resteraient à l'écart de la réunion genevoise, tout comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas, rejoignant en ainsi Israël, le Canada et l’Italie qui ont fait connaître leur absence de longue date. Dimanche, l’Allemagne est venue s’ajouter à la liste des portés pâles.


Dérapage iranien ?


La France, quant à elle, a décidé de prendre part à la conférence pour défendre sa position sur les droits de l’Homme. "Le texte est acceptable, Israël n'est pas stigmatisé, a déclaré, ce lundi sur France Info, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, en faisant allusion au projet de déclaration. Il a précisé que les Européens quitteraient la conférence en cas de "dérapage" iranien. Le Royaume-Uni et la République tchèque ont également fait le choix d’être présents.


"Malheureusement, nous ne pouvons pas être sûrs que la conférence ne serve pas encore de tribune à des opinions choquantes, antisémites notamment", a de son côté indiqué le ministre australien des Affaires étrangères, Stephen Smith, résumant le sentiment partagé par les autres pays boycotteurs.


Au centre de tous les esprits, la venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui doit prononcer un discours dans l’après-midi au siège des Nations unies de Genève. Sa dernière déclaration dimanche, avant de se rendre en Suisse, n’est pas là pour apaiser les esprits. "L'idéologie et le régime sioniste (sont) les porte-drapeaux du racisme", a-t-il déclaré.

Première publication : 20/04/2009

COMMENTAIRE(S)