Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

La conférence de l'ONU sur le racisme divise la Toile

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2009

Dans cette édition: la blogosphère est divisée à l’occasion de la conférence de l'ONU contre le racisme à Genève; et les internautes dénoncent la condamnation du site de téléchargement The Pirate Bay.

CONFÉRENCE CONTRE LE RACISME

Ouverture de la conférence Durban II sur le racisme à Genève. Boycotté par de nombreux pays, dont les Etats-Unis, qui y craignent des dérives anti-sémites, cet événement divise la Toile.



A l’image d’autres organisations pro-israéliennes, UN Watch s’est élevée sur son blog contre l’emploi dans les premières versions de la déclaration finale de la conférence de l’expression « occupation étrangère ». En effet, censée faire allusion à la présence d’Israël en Palestine, elle a été assimilée à de l’antisémitisme.


La dernière version du texte ne fait finalement aucune référence négative à l’État hébreu. Un compromis que cet internaute d’origine palestinienne qualifie d’absurde. Selon lui Israël mène, à bien des égards, une politique d’apartheid.

 

En attendant, outre ces dissensions, d’autres débats sur la manière de lutter contre le racisme ont précédé la conférence. Les discussions d’une trentaine d’ONG lors du sommet de Genève sur les droits de l’homme ont ainsi été retransmis en direct sur le Net.



THE PIRATE BAY CONDAMNÉ

1 an de prison ferme et 2,7 millions d’euros d’amende pour complicité de violation de droits d’auteur. C’est le verdict prononcé par la justice suédoise contre les responsables du site The Pirate Bay, l’un des plus grands sites de téléchargement au monde. Une décision qui ébranle la Toile.


Ce verdict est jugé sévère par les blogueurs. Celui-ci explique ainsi que The Pirate Bay n’héberge aucun fichier illégal et que le site n’est qu’une plateforme permettant aux internautes de s’échanger des contenus.



Sur ce blog créé à l’occasion du procès, Peter Sunde, l’un des fondateurs du site, rejette une sentence qu’il juge disproportionnée. Il affirme par ailleurs dans la vidéo qu’il n’a pas les moyens de payer son amende et qu’il ne le ferait pas même s’il en avait les moyens.



En attendant, et en guise de riposte, The Pirate Bay a lancé iPredator, un service qui permettra de télécharger tout en conservant l’anonymat.



Et comme le montrent ces photos d’une manifestation organisée à Stockholm, ce procès a permis au parti pirate suédois, le parti des internautes, qui vise les élections européennes, d’engranger plus de 5000 nouvelles adhésions.





COURTS MÉTRAGES EN LIGNE

La troisième série de courts métrages issus du projet collaboratif « Pass it on » a été mise en ligne. Soit 17 vidéos réalisées par 51 équipes. Chaque court-métrage est composé de 3 parties qui, selon le principe du cadavre exquis, ont été réalisées par des équipes différentes. Résultat : une succession d’histoires et d’ambiances hétéroclites à visionner en ligne.


BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE MONDIALE
L’UNESCO lancera mardi la bibliothèque numérique mondiale. Disponible en sept langues, le site proposera gratuitement un ensemble unique d’ouvrages, de manuscrits, de photographies provenant de bibliothèques et d’archives du monde entier. Objectif : promouvoir la compréhension internationale et augmenter la diversité des contenus culturels sur le Net.  
 

Première publication : 20/04/2009

COMMENTAIRE(S)