Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

Economie

Le Salon de Shangaï, un coup d'accélérateur pour les constructeurs

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2009

La Chine est devenue le deuxième marché automobile mondial. Le salon de Shanghaï, qui ouvre ses portes lundi, est l’occasion de constater qu’il est aussi le principal espoir pour des constructeurs en difficulté.

Alors que le Salon de l’automobile de Shanghaï s’attend à recevoir près de 600 000 visiteurs entre le 20 et 24 avril, les constructeurs européens, américains et japonais tentent de renforcer leur position sur le marché chinois, le seul à connaître encore une véritable croissance. "Même si on n’est plus à des progressions de 20 à 25 % comme les trois dernières années, la Chine constitue avec une croissance à 10 % le principal espoir pour le monde automobile", explique Yale Zhang, directeur de la Greater China Vehicle Forecasts.
 

"Nous pensons que nos plus belles années sont devant nous", affirme Kevin Wale, le président de General Motors (GM) en Chine. Un optimisme confirmé par les chiffres : alors que les ventes aux Etats-Unis de GM ont chuté de 48 %, elles ont progressé de 25 % en Chine. Le japonais Nissan, qui souffre aussi mondialement, y prévoit une croissance de 20 %. Le pays est devenu le deuxième marché mondial et les 1,3 milliard d’acheteurs potentiels sont une promesse alléchante.
 

Le virage écolo
 

Mais la Chine ne compte pas être uniquement le nouveau tiroir-caisse des grands groupes mondiaux. Les constructeurs locaux veulent aussi leur part du gâteau. Au salon de Shanghaï, les Shanghaï Automative et autres Geely présentent un nombre record de nouveaux modèles. "Pour le moment, ils souffrent encore d’un retard technologique et d’un déficit d’image", précise Klaus Paur, directeur de TNS-China.
 

Un combat digne de David contre Goliath ? "Pour le consommateur chinois, le prestige de la marque devient de plus en plus important", confirme Klaus Paur. Mais l’émergence du marché des véhicules "écolo" pourrait changer la donne. La Chine veut clairement devenir le leader dans ce domaine et a instauré une ristourne de 11 000 dollars (plus de 8 400 euros) sur l’achat de voitures "vertes". "Ce n’est pas un hasard si la Chine mise gros sur ce marché, car les autres constructeurs commencent à peine leur investissement dans ce domaine et il y a donc moins de retard à rattraper", analyse Klaus Paur.
 

Reste que, pour le moment, le consommateur chinois achète de préférence de grosses voitures, aidé en cela par un prix de l’essence qui reste stable. Mais les constructeurs espèrent que les mentalités évolueront avec les incitations gouvernementales.

Première publication : 20/04/2009

COMMENTAIRE(S)