Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Economie

L'OFCE prédit deux années noires, avec récession et chômage

Dernière modification : 20/04/2009

L'OFCE annonce deux années très difficiles pour l'économie française. La croissance reculera nettement en 2009 et plus modérément en 2010, avec un taux de chômage qui dépassera les 10 % dès le début de l'année prochaine.

AFP - La croissance française reculera nettement en 2009 et plus modérément en 2010, avec un taux de chômage qui dépassera la barre des 10% dès le début de l'année prochaine, a prédit lundi l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Au niveau mondial, l'OFCE prévoit une contraction du Produit intérieur brut (PIB) de 1,5% en 2009 avant un rebond de 1,5% en 2010.

En France, le PIB s'affaissera de 2,3% en 2009 et de 0,2% l'année suivante, a précisé l'institut dans un communiqué, alors que le gouvernement table sur un recul du PIB de 1,5% en 2009 avant un rebond de l'ordre de 1% l'année suivante. "En 2009, l'économie française devrait connaître sa plus forte récession depuis les années 30" et l'activité attendue en 2010 ne permettra pas de "parler de reprise" en France, précise l'Observatoire dans un communiqué.

Le déficit public devrait s'établir respectivement à 6,1% et 7,2% du PIB en 2009 et 2010 (contre 3,4% en 2008). Quant à la dette publique, elle devrait atteindre 75,8% du PIB en 2009 et 81,8% l'année suivante (contre 68% en 2008).

"On est sur des niveaux jamais atteints", a commenté lors d'une conférence de presse, Eric Heyer, de l'OFCE, évoquant par ailleurs une ère "d'incertitude complète".

Jugeant que l'"ajustement" social de la crise n'avait pas encore débuté, M. Heyer prévoit une très forte hausse du chômage avec "800.000 pertes d'emploi" dans les deux années à venir, soit la plus forte progression depuis vingt-cinq ans.

Le taux de chômage montera ainsi à 9,8% fin 2009 et à 10,7% fin 2010, contre 8,2% à la fin de l'année dernière, selon l'OFCE.

En dépit de ce sombre tableau, M. Heyer relève un "élément positif" --le reflux attendu de l'inflation-- et juge que la France semble "mieux armée" que ses principaux partenaires.

Selon lui, l'économie française est "moins ouverte" que d'autres et donc moins "exposée" à la chute du commerce mondial. Par ailleurs, son modèle social dote les ménages de "filets de sécurité" qui atténueront les pertes de pouvoir d'achat. Enfin, l'endettement des foyers français est bien moindre qu'en Allemagne ou en Espagne.
 

Première publication : 20/04/2009

COMMENTAIRE(S)