Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Les obsèques de Maurice Druon célébrées aux Invalides

Vidéo par Julien FANCIULLI

Dernière modification : 20/04/2009

Les obsèques de l'écrivain et ancien ministre Maurice Druon, décédé le 14 avril, ont été célébrées à Paris, en présence de nombreux hommes politiques et de plusieurs membres de l'Académie française, dont il faisait partie.

AFP - Les obsèques de l'académicien et ancien ministre Maurice Druon ont été célébrées lundi aux Invalides à Paris en présence du chef de l'Etat Nicolas Sarkozy qui a rendu hommage à celui qui n'a "cessé de proclamer la grandeur de la volonté humaine opposée à la fatalité".

Gaulliste de la première heure, Grand-croix de la Légion d'honneur et médaillé de la France Libre, Maurice Druon est mort le 14 avril à l'âge de 90 ans.

"Dans tous tes combats, si divers en apparence, il y a un point commun: le refus de la bassesse, le refus de la petitesse qui s'expriment dans le renoncement", a déclaré M. Sarkozy lors d'une cérémonie militaire dans la cour d'honneur des Invalides.

Le chef de l'Etat a salué le jeune homme qui avait rejoint le général de Gaulle à Londres. "Pour toi aussi le gaullisme, ce fut d'abord la force du +non+ dans l'Histoire. Cette force du +non+ qui fut le principe moral sur lequel tu as construit toute ton existence et toute ton oeuvre", a-t-il dit.

Druon a écrit en mai 1943 avec son oncle Joseph Kessel les paroles du "Chant des Partisans", devenu l'hymne de la Résistance.

"Le plus beau chant, peut-être, dédié à l'esprit de résistance, qu'aucun homme ait jamais écrit", a déclaré Nicolas Sarkozy.
 


Ce chant --dont la musique avait été composée par Anna Marly-- a retenti à deux reprises pendant la cérémonie d'honneurs militaires. Il a été interprété a cappella par le Choeur de l'armée française, puis joué par l'orchestre de la Garde républicaine pour accompagner le départ du cercueil des Invalides.

La cérémonie militaire avait été précédée d'une messe célébrée en l'église Saint-Louis des Invalides, sous la présidence de Mgr Claude Dagens, lui-même membre de l'Académie française.

Le Premier ministre François Fillon, entouré de plusieurs membres de son gouvernement dont la ministre de la Culture Christine Albanel, le président du Sénat Gérard Larcher, le président du Conseil Constitutionnel Jean-Louis Debré, l'ancien premier ministre Edouard Balladur et l'ancien ministre Simone Veil assistaient aux cérémonies.

De nombreux académiciens, en habit vert, dont Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, avaient également pris place dans l'église.

Dans un éloge funèbre prononcé dans l'église, Edouard Balladur a mis en avant le "goût de la liberté" de Maurice Druon, son "courage" dans "la guerre comme dans la paix", son amour de la France, de la langue française et de l'histoire. "Qu'est-ce-que +Les Rois maudits+, son oeuvre la plus célèbre, sinon la description des délices et des poisons que secrète l'ambition du pouvoir?", a déclaré l'ancien conseiller du président Georges Pompidou.

"Druon était un homme de son temps, il le connaissait, il le comprenait, même s'il n'en approuvait pas toujours les entraînements et les usages", a déclaré M. Balladur.

Maurice Druon avait reçu le Prix Goncourt en 1948 pour "Les Grandes Familles". Ardent défenseur de la langue française, il avait été élu en 1966 à l'Académie française et en a été le secrétaire perpétuel de 1985 à 1999.

Ancien ministre des Affaires culturelles (1973-74) de Georges Pompidou, Maurice Druon a été député RPR de Paris de mars 1978 à juin 1981.

Première publication : 20/04/2009

COMMENTAIRE(S)