Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

Après la publication des notes secrètes, Obama tente de rassurer la CIA

Vidéo par Audrey RACINE

Dernière modification : 23/04/2009

Le président américain, Barack Obama, et le directeur de la CIA ont fait taire, lundi, leurs divergences sur la publication de notes levant le voile sur les méthodes d'interrogatoires employées par l'agence sous l'administration Bush.

AFP - Le président Barack Obama a invoqué lundi des "circonstances exceptionnelles" pour défendre sa décision critiquée de rendre publiques des notes rendant compte des méthodes employées par la CIA sous l'administration Bush pour faire parler les terroristes présumés.

M. Obama, qui s'était rendu au siège de la CIA à Langley, près de Washington, a aussi assuré au personnel de la grande agence de renseignement qu'il avait son "soutien total" et qu'il ferait tout pour protéger l'identité et la sécurité de ses membres.

Au même moment, un examen attentif de ces notes internes mettait au jour de nouveaux détails extraordinaires sur le recours à ces méthodes, dénoncées comme des actes de torture par leurs détracteurs: par exemple le fait que le "cerveau" présumé des attentats du 11-Septembre, Khalid Cheikh Mohammed, avait été soumis 183 fois à la simulation de noyade en mars 2003, et qu'un autre membre d'Al-Qaïda, Abou Zoubaydah, l'avait été à 83 reprises en août 2002.

 



"J'ai agi en premier lieu à cause des circonstances exceptionnelles qui entouraient ces notes internes", a dit M. Obama au siège de la CIA. Il a invoqué le fait que son administration faisait face à une procédure judiciaire d'une grande organisation de défense des libertés et qu'il serait "très difficile de monter un système de défense efficace" contre elle. Il a aussi invoqué le fait que, selon lui, une grande partie de l'information contenue dans ces notes internes était déjà sur la place publique.

Les quatre notes internes donnent la vision la plus détaillée à ce jour d'un programme sur lequel l'administration Bush s'employait à garder le secret.

La publication de ces notes a donné lieu à des critiques des défenseurs et des opposants à ces techniques d'interrogatoire autorisées après les attentats du 11-Septembre.

Les adversaires de ces méthodes ont reproché à l'administration Obama d'écarter la possibilité de poursuites contre ceux qui avaient procédé aux interrogatoires, mais aussi contre ceux qui les avaient autorisés.

Leurs défenseurs se sont alarmés du risque que l'administration Obama ne lie les mains de la CIA, qu'elle ne crée un précédent et que des extrémistes n'exploitent cette décision. Une des grandes inquiétudes causées par cette affaire tient toujours à la protection des agents de la CIA contre la révélation de leur identité et les poursuites.

"Il faut que vous sachiez que vous avez mon total soutien", a dit M. Obama aux gens de la CIA.

Il a été chaudement applaudi à son arrivée.

Cependant, il a a reconnu qu'une inquiétude "compréhensible" s'était exprimée dans les discussions qu'il avait eues avec de hauts responsables de l'agence.

"Je me suis battu par le passé pour protéger la confidentialité des informations classées secrètes, et je continuerai à le faire à l'avenir. Et rien n'est plus important que de défendre l'identité des agents de la CIA", a-t-il dit.

L'ancien vice-président Dick Cheney, l'un des grands maîtres à penser des méthodes antiterroristes controversées employées sous l'administration Bush, a dit que ce qui le "dérangeait", c'était que l'administration Obama n'ait pas demandé la publication des notes montrant le succès de ces techniques.

Il vient donc de "demander formellement à la CIA de prendre des dispositions pour déclassifier ces notes" afin que "les Américains aient la possibilité de voir ce que nous avons obtenu, de voir ce que nous appris et de voir combien les informations recueillies étaient bonnes", a-t-il dit à la chaîne Fox News.
 

Première publication : 21/04/2009

COMMENTAIRE(S)