Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

LE DÉBAT

Royaume-Uni - UE : un Brexit radical ?

En savoir plus

Amériques Asie - pacifique

Espoirs sur l'issue du procès en appel de Roxana Saberi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/04/2009

Dans une lettre ouverte, le réalisateur iranien Bahman Ghobadi, qui est le fiancé de la journaliste américano-iranienne condamnée pour espionnage à Téhéran, se dit optimiste quant à sa libération. Celle-ci a fait appel de sa condamnation.

Le réalisateur iranien et fiancé de la journaliste irano-américaine Roxana Saberi, Bahman Ghobadi, s’est dit optimiste quant à la libération éventuelle de sa compagne. Dans le même temps, un porte-parole de la justice iranienne a annoncé que celle-ci ferait appel de sa condamnation à huit ans de prison pour espionnage.

 

Le porte-parole de la justice iranienne, Ali Reza Jamshidi, a déclaré "espérer que le jugement [rendu en première instance, NDLR] sera révisé par la cour d'appel".

 

Agée de 31 ans, la jeune femme a été jugée le 13 avril puis condamnée à huit ans de prison pour espionnage au profit, notamment, des États-Unis. Elle avait été interpellée fin janvier à Téhéran, où elle réside depuis 2003.

 

L'état de santé de la journaliste inquiète

 

À l’annonce de la condamation, le père de Roxana, Reza Saberi, avait déclaré qu'elle avait été incitée par les enquêteurs à faire de faux aveux de culpabilité contre la promesse d'être rapidement libérée.

 

Dans une lettre ouverte envoyée aux médias, Bahman Ghobadi fait part de ses inquiétudes quant à l'état de santé de la journaliste : "J'ai entendu dire qu'elle déprimait et pleurait sans cesse. Elle est sensible au point de ne plus toucher à ses repas."

 

Reza Saberi a affirmé, lui, à l'agence Reuters, que sa fille ne supporterait pas d’être emprisonnée pendant huit ans. "Si la sentence n’est pas annulée, elle entamera probablement une grève de la faim et se suicidera", a-t-il déclaré peu de temps après que la justice iranienne a fait savoir que la journaliste faisait appel de sa condamnation.

 

La famille Saberi et son fiancé se sont dit confiants quant à l’issue de l’affaire. "Je suis optimiste à propos de sa libération, et j'espère qu'à la prochaine étape du procès, son verdict sera revu et annulé", a indiqué Bahman Ghobadi.

 

Première publication : 21/04/2009

COMMENTAIRE(S)