Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Sports

L'UEFA veut faire arrêter les matchs en cas de dérapages xénophobes

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2009

À la suite du match entre la Juventus et l'Inter Milan, samedi, au cours duquel le public turinois a insulté un joueur milanais d'origine ghanéenne, le président de l'UEFA veut interrompre les rencontres perturbées par des dérapages racistes.

Reuters - L'UEFA veut l'interruption des matches lorsque des chants racistes sont entonnés dans les stades, a déclaré son président, Michel Platini, mardi à Rome.

La Juventus a écopé lundi d'un match à huis clos pour le comportement de ses supporters envers l'attaquant de l'Inter Milan Mario Balotelli, buteur lors du choc de Serie A soldé par un match nul 1-1 samedi dernier.

"Nous allons demander à ce que le jeu soit suspendu pendant dix minutes lorsque ces choses se produisent et que des annonces soient faites dans le stade; si cela se poursuit, le match sera interrompu", a déclaré Platini lors d'une conférence de presse à Rome. "Il faut du courage quand il y a du racisme dans les tribunes. C'est la mission de l'UEFA."

Les cas de racisme ne sont pas rares dans le football italien et débouchent habituellement sur de petites amendes. Mais la gravité des incidents de samedi a poussé les autorités à punir sévèrement la Juventus.

"C'est un moment difficile pour la Fédération italienne de football, qui a pris ses responsabilités", a ajouté Platini, ancien joueur de la Juventus.

Le président de la Fédération, Giancarlo Abete, qui espère obtenir l'organisation de l'Euro 2016, a déclaré aux journalistes que le règlement serait modifié pour permettre l'arrêt des matches en cas de chants racistes.

"Le système italien donne déjà aux autorités le pouvoir de suspendre la partie s'il y a des banderoles qui incitent à la haine raciale", a-t-il dit. "Nous allons renforcer cela, en restant bien entendu attentifs aux impératifs de sécurité des spectateurs."

Samedi, le public turinois s'en est pris à Balotelli, 18 ans, après son ouverture du score pour l'Inter en scandant: "Un Italien noir, cela n'existe pas". Joueur de l'équipe nationale italienne des moins de 21 ans, Balotelli est né à Palerme de parents ghanéens.

La Juventus a présenté ses excuses mais a dans le même temps fait appel contre la décision d'empêcher ses supporters d'assister au match à domicile contre Lecce le 3 mai.

Le président de l'Inter Massimo Moratti a déclaré qu'il aurait retiré son équipe du terrain s'il avait été présent au stade Olympique de Turin. Sa déclaration a suscité l'ironie des médias italiens car l'Inter avait été au centre d'un épisode similaire en 2005, lorsque le joueur de Messine Marco Zoro avait été insulté par ses supporters.

Première publication : 21/04/2009

COMMENTAIRE(S)