Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy déclare la guerre aux bandes

©

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 21/04/2009

Le président Nicolas Sarkozy présente ce mardi son nouvel arsenal sécuritaire, véritable plan "anti-bande". Ces mesures, peu convaincantes selon les syndicats de magistrats, n'ont pas tardé à provoquer l'ire de l'opposition.

À deux mois des élections européennes, Nicolas Sarkozy donne un nouvel élan au thème qui l’a porté au pouvoir en 2007 : l’insécurité en France. A Nice, ce mardi, en compagnie des ministres de l’Intérieur, du Budget et de la Justice, il présente son nouvel arsenal sécuritaire.

 

Dessiné par le député-maire UMP Christian Estrosi mais imposé dans les grands lignes par le président la République, ce projet de loi, qui devrait être présenté au Parlement d’ici fin avril, devrait renforcer tout particulièrement la législation "anti-bande".

 

Un nouveau délit, puni de trois ans de prison, réprimerait, selon l’Elysée, le fait de "faire partie en connaissance de cause d'un groupement, même formé de façon temporaire, poursuivant le but de commettre des atteintes volontaires contre les personnes et les biens".

 

Une mesure jugée "inutile et répétitive" par les syndicats de magistrats et certaines organisations de policiers. De fait, un délit "d'association de malfaiteurs" est déjà prévu dans le code pénal et commettre des infractions "en bande organisée" ou "en réunion" est déjà une circonstance aggravante.

 

Le projet de loi interdit également le port de cagoule et renforce la protection des enseignants et des établissements scolaires. "Dorénavant, ce sera un délit d'envahir un établissement scolaire", passible de sept ans de prison et 100 000 euros, expliquait ainsi mardi Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement.

 

Timing parfait pour Sarkozy… et l’opposition

 

Les derniers chiffres révélés par la sous-direction de l'information générale (ex-RG) - qui a recensé en mars 33 rixes entre bandes contre 19 en février - pourraient donner raison à ces changements du code pénal mais ils nourrissent aussi les attaques de l’opposition contre la politique sécuritaire du gouvernement.

 

Martine Aubry, secrétaire générale du Parti socialiste, n’a pas laissé passé l’occasion et a affirmé le 14 avril que "l'échec en matière de sécurité [était] patent pour Nicolas Sarkozy".

 

Estimant que depuis 2002, en tant que ministre de l'Intérieur puis comme président de la République, "Nicolas Sarkozy est chargé de la sécurité des Français", la patronne du PS a ajouté: "Cela fait un septennat d'instrumentalisation maximale des problèmes de sécurité avec des résultats a minima."

 

Même son de cloche du côté du Modem et du Front National qui s’insurgent aussi de voir Nicolas Sarkozy ressortir du placard le thème de l’insécurité à l’approche d’une élection. "Comme chaque fois que les résultats économiques ne sont pas là, ils mettent en scène des histoires sécuritaires", s’indigne ainsi François Bayrou, président du Modem.
 

Première publication : 21/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)