Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Amériques

Obama invite Netanyahou, Moubarak et Abbas aux États-Unis

©

Vidéo par Damien COQUET

Dernière modification : 22/04/2009

Soucieux de ramener la paix "entre Israël et les États arabes", le président américain a invité le Premier ministre israélien, le chef de l'État égyptien et le dirigeant de l'Autorité palestinienne à se rendre aux États-Unis.

Reuters - Barack Obama a invité aux Etats-Unis le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président égyptien Hosni Moubarak et le président palestinien Mahmoud Abbas pour des entretiens séparés sur la paix au Proche-Orient d'ici le début juin.

 

Auparavant, recevant à la Maison blanche le roi Abdallah de Jordanie, le président américain a appelé Israéliens et Palestiniens "à s'éloigner de l'abîme" en espérant que les deux camps feront des gestes de bonne volonté pour relancer la dynamique de la paix au Proche-Orient.

 

Le porte-parole de la présidence, Roberts Gibbs, a précisé que la Maison blanche était en train de finaliser les dates exactes de ces visites qui, selon lui, devraient intervenir avant le déplacement du chef de l'exécutif américain en France en juin.

 

"Avec chacun de ses hôtes, le président discutera de la façon dont les Etats-Unis pourraient renforcer et approfondir nos partenariats avec eux, ainsi que des mesures que toutes les parties doivent prendre pour parvenir à la paix entre Israël et les Palestiniens, entre Israël et les Etats arabes", a dit Gibbs lors d'une conférence de presse.

 

Obama a tenté de rassurer le souverain hachémite en réaffirmant son engagement en faveur d'"une solution à deux Etats" prévoyant la coexistence pacifique d'un Etat indépendant palestinien avec Israël.

 

Sur ce point, les Etats-Unis et l'Etat hébreu ne sont pas sur la même longueur d'ondes étant donné les fortes réserves du nouveau Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu face une telle perspective.

 

Son ministre des Affaires étrangères, l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, a même déclaré qu'Israël ne se sentait pas lié par les engagements pris lors du processus d'Annapolis de 2007.

 

"Il convient de s'éloigner de l'abîme", a déclaré Obama après sa rencontre avec Abdallah. "Il faut que nous assistions à des gestes de bonne volonté de part et d'autre."

 

"On ne peut pas négocier indéfiniment. A un certain moment, des mesures doivent être prises", a-t-il poursuivi.

 

Mettant la pression sur "Bibi" Netanyahu, le chef de l'exécutif américain a ajouté:

 

"Je suis un fervent partisan d'une solution à deux Etats. Je l'ai dirt clairement en public, et je ferai de même en privé. Et je pense qu'il existe de nombreux Israéliens qui croient eux-aussi à cette solution à deux Etats".

 

Obama a répété que la question du processus de paix au Proche-Orient constituait une priorité de son administration, contrastant avec la position détachée de son prédécesseur George W. Bush.

 

Première publication : 22/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)