Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Christine Salem, la voix du Maloya

En savoir plus

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Vidéo : hommage au dernier tirailleur sénégalais de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : Adidas remporte la Coupe, Nike le soulier d'or

    En savoir plus

  • L'Église anglicane accorde aux femmes le droit de devenir évêque

    En savoir plus

  • Tour de France : victime d'une chute, Alberto Contador abandonne

    En savoir plus

  • Disparition de Nadine Gordimer, l'écrivaine nobelisée et anti-apartheid

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : "Il n'est jamais trop tard pour rétablir l'histoire"

    En savoir plus

  • Vidéo : À Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Ex-otage des Taliban, le controversé sergent Bergdahl reprend du service

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • François Hollande promet des réformes urgentes et des baisses d'impôts

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • Vidéo : le champ de bataille des Dardanelles, un lieu de pèlerinage en Turquie

    En savoir plus

Amériques

Obama n'exclut pas l'ouverture d'enquêtes

©

Vidéo par Aurore Cloé DUPUIS

Dernière modification : 23/04/2009

Le président américain n'a pas exclu que des poursuites soient engagées contre les anciens membres de l'administration Bush qui auraient couvert, via la CIA, des interrogatoires particulièrement musclés.

Reuters - Le président américain Barack Obama a laissé la porte ouverte mardi à des poursuites contre d'anciens responsables de l'administration Bush ayant assuré une couverture juridique au recours, par la CIA, de méthodes d'interrogatoires musclées.

 

Obama a créé la polémique la semaine dernière en autorisant la publication de notes confidentielles émises sous la présidence de George Bush fournissant une justification juridique à l'emploi de telles techniques sur des prisonniers soupçonnés de terrorisme.

 

Des associations de défense des droits de l'homme s'en sont émues, affirmant que certaines méthodes comme le waterboarding, qui consiste à infliger un simulacre de noyade à la personne interrogée, équivalaient à des actes de torture et contrevenaient aux droits américain et international.

 

Obama a redit mardi qu'il ne souhaitait pas que les agents de la CIA ayant eu recours à ces méthodes soient poursuivis, dans la mesure où ils agissaient sur la foi d'avis juridiques rendus par l'administration Bush.

 
Des poursuites au plus haut niveau?
 

Mais Obama n'a pas exclu que des poursuites soient engagées contre ceux qui ont rédigé ces avis juridiques.

 

"En ce qui concerne ceux qui ont formulé ces décisions juridiques, je dirais que la décision appartiendra davantage au ministre de la Justice (...) et je ne veux pas porter de jugement prématuré", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre avec le roi Abdallah de Jordanie à la Maison blanche.

 

"Je pense qu'il y une foule de questions très compliquées dans cette affaire", a déclaré Obama.

 

Les commentaires d'Obama ouvrent théoriquement la voie à des poursuites jusqu'au plus haut niveau de l'administration Bush.

 

Ils semblent pour le moins contradictoires avec ceux de son chef de cabinet, Rahm Emanuel, qui avait déclaré dimanche sur ABC que le président n'était pas favorable à des poursuites contre les auteurs des avis juridiques.

 

"Ceux qui ont conçu la politique (...) ne devraient pas être poursuivis non plus", avait-il ajouté, précisant que ce n'était pas "l'heure du châtiment".

 

Interrogé sur ces contradictions apparentes, le porte-parole de la Maison blanche, Robert Gibbs, a invité les journalistes à se référer aux propos du président.

 

Obama a ajouté qu'il n'était pas opposé à ce qu'un panel mène une enquête sur le programme d'interrogatoires de l'administration Bush même si, a-t-il précisé, il serait préférable que cela ne se fasse pas dans le cadre classique d'une commission parlementaire pour éviter que l'affaire soit politisée.

 

Outre la colère des associations de défense des droits de l'homme, Obama s'est attiré les foudres des défenseurs de ces méthodes d'interrogatoires, dont l'ancien vice-président Dick Cheney, qui l'accuse de fragiliser le pays en révélant des secrets de la CIA.

 

Le président américain a justifié la publication des notes par le fait que leur caractère confidentiel avait déjà été largement mis à mal par des indiscrétions.

 

Première publication : 22/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)