Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

Washington menace Téhéran de sévérité en cas d'échec du dialogue

Dernière modification : 22/04/2009

Lors de son discours devant la Chambre des représentants, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a prévenu que Washington prendraient des sanctions "très sévères" contre l'Iran si le dialogue initié avec le pays échouait.

AFP - Les Etats-Unis préparent des sanctions "très sévères" contre l'Iran en cas d'échec du dialogue avec le régime de Téhéran, a averti mardi la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.
  

Le chef de la diplomatie américaine, qui témoignait devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, a défendu la politique d'ouverture des Etats-Unis envers l'Iran.
  
La décision de l'administration de participer désormais à toutes les réunions des Six puissances impliquées dans les négociations sur le programme nucléaire iranien (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Etats-Unis, Chine et Russie) "nous donne plus d'influence sur les autres pays".
  
Aller au-delà, en invitant par exemple l'Iran à la récente conférence internationale sur l'Afghanistan à La Haye "accroît encore notre capacité à demander davantage aux autres pays", a-t-elle ajouté.
  
Mais les Etats-Unis vont conserver une double approche à l'égard de l'Iran, a-t-elle mis en garde.
  
"Nous sommes plus que prêts à tendre la main à l'Iran pour discuter de divers problèmes", a-t-elle rappelé. "Mais nous mettons tout en place pour les sanctions très sévères (...) qui pourraient être nécessaires si nos offres étaient rejetées ou si le processus tombait à l'eau ou échouait".
  

Première publication : 22/04/2009

COMMENTAIRE(S)