Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

Amériques

Washington menace Téhéran de sévérité en cas d'échec du dialogue

Dernière modification : 22/04/2009

Lors de son discours devant la Chambre des représentants, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a prévenu que Washington prendraient des sanctions "très sévères" contre l'Iran si le dialogue initié avec le pays échouait.

AFP - Les Etats-Unis préparent des sanctions "très sévères" contre l'Iran en cas d'échec du dialogue avec le régime de Téhéran, a averti mardi la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.
  

Le chef de la diplomatie américaine, qui témoignait devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, a défendu la politique d'ouverture des Etats-Unis envers l'Iran.
  
La décision de l'administration de participer désormais à toutes les réunions des Six puissances impliquées dans les négociations sur le programme nucléaire iranien (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Etats-Unis, Chine et Russie) "nous donne plus d'influence sur les autres pays".
  
Aller au-delà, en invitant par exemple l'Iran à la récente conférence internationale sur l'Afghanistan à La Haye "accroît encore notre capacité à demander davantage aux autres pays", a-t-elle ajouté.
  
Mais les Etats-Unis vont conserver une double approche à l'égard de l'Iran, a-t-elle mis en garde.
  
"Nous sommes plus que prêts à tendre la main à l'Iran pour discuter de divers problèmes", a-t-elle rappelé. "Mais nous mettons tout en place pour les sanctions très sévères (...) qui pourraient être nécessaires si nos offres étaient rejetées ou si le processus tombait à l'eau ou échouait".
  

Première publication : 22/04/2009

COMMENTAIRE(S)