Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

#ActuElles

Le combat du Laos contre la mortalité maternelle

En savoir plus

Amériques

Washington menace Téhéran de sévérité en cas d'échec du dialogue

Dernière modification : 22/04/2009

Lors de son discours devant la Chambre des représentants, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a prévenu que Washington prendraient des sanctions "très sévères" contre l'Iran si le dialogue initié avec le pays échouait.

AFP - Les Etats-Unis préparent des sanctions "très sévères" contre l'Iran en cas d'échec du dialogue avec le régime de Téhéran, a averti mardi la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.
  

Le chef de la diplomatie américaine, qui témoignait devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, a défendu la politique d'ouverture des Etats-Unis envers l'Iran.
  
La décision de l'administration de participer désormais à toutes les réunions des Six puissances impliquées dans les négociations sur le programme nucléaire iranien (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Etats-Unis, Chine et Russie) "nous donne plus d'influence sur les autres pays".
  
Aller au-delà, en invitant par exemple l'Iran à la récente conférence internationale sur l'Afghanistan à La Haye "accroît encore notre capacité à demander davantage aux autres pays", a-t-elle ajouté.
  
Mais les Etats-Unis vont conserver une double approche à l'égard de l'Iran, a-t-elle mis en garde.
  
"Nous sommes plus que prêts à tendre la main à l'Iran pour discuter de divers problèmes", a-t-elle rappelé. "Mais nous mettons tout en place pour les sanctions très sévères (...) qui pourraient être nécessaires si nos offres étaient rejetées ou si le processus tombait à l'eau ou échouait".
  

Première publication : 22/04/2009

COMMENTAIRE(S)