Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

FRANCE

Les grands magasins entament une semaine de soldes "flottants"

Dernière modification : 23/04/2009

La plupart des grands magasins français se sont emparés de la possibilité offerte par la loi de modernisation de l'économie pour lancer, du 22 au 28 avril, une semaine supplémentaire de soldes.

AFP - Les grands magasins se sont lancés à leur tour, mercredi, dans les soldes "flottants", une semaine supplémentaire de prix cassés que le commerçant est libre de fixer mais que certaines enseignes boudent, la jugeant néfaste pour le commerce.
  
Jusqu'à -50% affichent les magasins Galeries Lafayette, Printemps et BHV qui ont programmé ces soldes flottants du 22 au 28 avril. D'autres enseignes, notamment celles de la vente par correspondance comme La Redoute ou les 3 Suisses les ont pratiqués dès mars, d'autres encore en organiseront d'ici la mi-mai. Certains n'en feront pas.
  
Cette valse des étiquettes au beau milieu du printemps a été rendue possible par la Loi de modernisation de l'économie (LME) qui, en plus des deux périodes de soldes fixes nationales en janvier et en juin, prévoit deux semaines de soldes que le commerçant peut utiliser à la date de son choix (sauf pendant le mois qui précède les soldes fixes nationales).
  
Selon la ministre de l'Economie Christine Lagarde, qui a arpenté mercredi matin, quelques rayons du BHV à Paris, les enseignes qui ont déjà organisé leurs soldes flottants ont alors vu leur activité augmenter de "40%".
  
"Les premières expériences montrent que ces soldes flottants tombent plutôt à un bon moment et la bonne année", a-t-elle expliqué lors d'un point-presse.
  
"Les consommateurs sont malins", a encore assuré Mme Lagarde rappelant que ces "soldes flottants ne remettent pas en cause les périodes traditionnelles de soldes d'hiver et d'été".
  
Pas de soldes flottants en revanche au Bon Marché Rive Gauche (Paris). Dans un communiqué, le magasin met en avant sa stratégie basée sur "la sélectivité des marques", la stabilité des prix durant la saison, la qualité du service, qui lui permet de se différencier des autres grands magasins.
  
Les magasins indépendants, menés par la Fédération nationale de l'habillement (FNH) boycottent les soldes flottants, estimant qu'ils contribuent à réduire les marges des commerçants sans pour autant doper la demande.
  
"Si nous vendons toujours en soldes, cela va se traduire par des licenciements et des fermetures de magasins", a dit Charles Melcer, président du FNH (150.000 emplois et 45.000 boutiques).
  
Analyse similaire de la part de Georges Sorel, président de la Fédération française des associations de commerçants, qui juge les soldes "dévoyés". Il s'inquiète de la multiplication des soldes, promotions, liquidation avant travaux, braderies, jours en or, etc., donnant l'impression au consommateur de payer trop cher quand il achète au prix normal.
  
Directrice générale du BHV, Christine Mandollot croit en ces soldes flottants pour doper l'activité, puisque "les consommateurs sont à l'affût des bonnes affaires, des prix bas".
  
Les grands magasins se sont concertés pour définir une date commune. Ce fut aussi le cas dans certains centres commerciaux.
  
En revanche, la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH), qui regroupe Zara, Celio, a échoué à établir une date commune à tous les commerçants pour ces soldes flottants. Selon Jean-Marc Genis, président exécutif de la fédération, les commerçants préférent jouer en solo, "veulent garder la liberté d'agir rapidement pour prendre avantage sur les concurrents".
  
Les commerçants envisagent de placer la 2è semaine de soldes flottants en octobre ou novembre.

Première publication : 23/04/2009

COMMENTAIRE(S)