Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : suivez le match en direct

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Le Parti pirate espère hisser son drapeau au Parlement européen

©

Texte par Nicolas DE SCITIVAUX

Dernière modification : 25/04/2009

Le "Piratpartiet" suédois connaît un vrai boom depuis la condamnation des promoteurs du site The Pirate Bay par un tribunal de Stockholm. À tel point qu'il espère désormais envoyer un député à Strasbourg, lors des européennes de juin...

Le verdict du procès contre les créateurs du site Internet The Pirate Bay, qui les a condamnés à un an de prison ferme et à plusieurs millions d’euros d’amende, a déclenché une vague d’adhésion au Piratpartiet (PP), le Parti pirate suédois.

  

En quelques jours, la petite formation a vu le nombre de ses adhérents passer de 10 000 à plus de 38 000, la propulsant au rang de quatrième plus important parti politique de Suède.

  

Mais les ambitions du PP ne se limitent pas au niveau national. "Notre objectif est d’obtenir au moins un siège au Parlement européen. Dans cette perspective, nous avons besoin de recueillir 100 000 signatures environ", explique Christian Engström, tête de liste du parti pour les élections européennes, à FRANCE 24.

  

Cet ancien consultant en informatique âgé de 48 ans, par ailleurs fervent défenseur des logiciels "open source" (logiciels libre de droits), s’est converti à l’activisme politique en 2004. Il a, depuis, conduit de nombreuses opérations de lobbying en faveur des libertés informatiques à Bruxelles.

 

Le partage de fichiers bénéfique pour les artistes ?

 

"Nous menons une campagne comme les partis traditionnels, nous distribuons des tracts et tout le reste", précise Christian Engström, dont le programme repose sur deux axes principaux : une réforme des lois qui règlementent les droits d’auteur d'une part, la mise en place de systèmes de protection de la vie privée sur la Toile de l'autre.

  

Prônant "un Internet libre dans une société ouverte", le PP est opposé à tout type de filtrage. Selon Engström, les copies à des fins non commerciales doivent être libres. Contrairement à ce qu’affirme l’industrie du disque et du cinéma, celui-ci estime en effet que le partage de fichiers est bénéfique pour les artistes.

 

"Ils récupèrent ainsi une plus grosse part de gâteau que s’ils étaient dans une maison de disque. L’industrie a eu dix ans pour s’adapter et renouveler son modèle économique, mais elle n’y est pas arrivée", rappelle le Suédois, qui a depuis longtemps cessé de croire que les majors changeront d’attitude.

 

Devenir un exemple

 

Farouchement opposé aux idées de Nicolas Sarkozy sur la réglementation de l'Internet, Christian Engström estime que la loi "Hadopi" ramènerait l’Europe 20 ans en arrière. "L’Europe a besoin de la France pour montrer la voie, mais pas de cette façon là", déplore-t-il.

  

Très optimiste quant à l’issue des élections européennes de juin pour son parti, Christian Engström espère que le "Piratpartiet" sera pris en exemple au-delà des frontières suédoises.

  

"Une fois que nous serons à Bruxelles, les gens écouteront ce que nous avons dire", conclut Engström, affichant un peu plus encore son optimisme.

Première publication : 23/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)