Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Manifestation franco-allemande des "Continental" à Hanovre

Vidéo par Virginie HERZ

Texte par Clea CAULCUTT

Dernière modification : 23/04/2009

Plus d’un millier d’employés de l’usine de pneus Continental de Clairoix, dans l'Oise, se sont rendus au siège du groupe à Hanovre, en Allemagne, afin de protester contre la fermeture de leur site en 2010.

Manifestation de la dernière chance pour les "Continental". De nombreux employés français du fabricant de pneus ont pris le train, mercredi soir, pour rejoindre leurs collègues allemands à Hanovre (Allemagne), où se situe le siège du groupe, afin de protester contre la fermeture du site de Clairoix, dans l’Oise, prévue en 2010.


Arborant des badges aux diverses inscriptions telles que "Non à la fermeture", "Zéro licenciement" ou "Maintien du salaire", les manifestants ne cachent pas leur colère.

 


"Train de l’espoir"


À bord du train "spécial Continental", nombreux sont ceux qui espèrent "peser sur l’assemblé général pour éviter la fermeture de l’entreprise", confie un responsable à Virginie Herz, envoyée spéciale de FRANCE 24.


D’autres sont plus résignés, comme Dominique Szczechula, employé de Continental depuis 33 ans. "C’est notre baroud d’honneur. De toute façon, la boîte est morte", a-t-il confié à l’AFP.


Deux jours après les incidents de l’usine de Clairoix, où des salariés avaient saccagé quelques locaux, les syndicats ont appelé à "manifester pacifiquement" pendant la tenue, jeudi, d’une assemblée générale des actionnaires à Hanovre, où la direction de Continental prévoit également la fermeture d’une et le licenciement de quelque 780 employés. Lesquels ont décidé de rejoindre les rangs des manifestants français.


"On n’avait pas l’intention de casser hier, on n’a pas l’intention de casser demain", a déclaré, mercredi, Didier Bernard, salarié affilié à la Confédération générale du travail (CGT).


Improductifs ?


Les syndicats de Clairoix affirment que la direction de Continental a trahi l’accord qui devait sauver l’usine jusqu’en 2012. En 2007, les salariés avaient accepté de travailler plus, renonçant aux 35 heures de travail hebdomadaire, en échange de garanties sur la pérennité de l’usine.


Selon la direction, le site français serait l’un des moins productifs du groupe, malgré 17 millions d’euros de bénéfices obtenus en 2008.


Pour Pierre Sommé de Force ouvrière (FO), "il y a un infime espoir" de maintenir l’usine de Clairoix. La plupart espère une médiation de l’État et de meilleures indemnités de licenciement.


Jeudi, Patrick Devedjian, le ministre de la Relance, a déclaré sur France 2 qu’il étudiait "une offre sérieuse" d'un "partenaire économique" concernant l'usine de Clairoix.


Les employés sont en revanche beaucoup plus sceptiques. "Je vois mal un manufacturier reprendre ce qui ne sera plus qu’une coquille vide avec 15 000 m2 d’entrepôts sans machines", a confié un cadre à l’AFP.

 

 

Le 29 avril, des représentants de l’État, des syndicats et de la direction de Continental se retrouveront au ministère des Finances pour discuter de la fermeture du site

 

Première publication : 23/04/2009

COMMENTAIRE(S)