Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Obama veut réformer le marché des cartes de crédit

Dernière modification : 24/04/2009

Le président américain s'est fait le porte-parole des doléances de nombreux Américains qui s'estiment pris à la gorge par les sociétés de cartes de crédit. Il a promis, ce jeudi, de réformer le marché du secteur, pour mettre fin aux abus.

AFP - Le président Barack Obama s'est fait jeudi le porte-parole des nombreux Américains pris à la gorge par les sociétés de cartes de crédit en soutenant une réforme mettant fin aux abus et protégeant mieux les consommateurs dans un pays où le crédit est roi.

M. Obama a exprimé la colère des Américains directement auprès de patrons ou de hauts dirigeants d'American Express, Visa, MasterCard, Bank of America, au total de 13 banques et institutions émettrices de cartes de crédit.

Le président a plaidé pour ces gens qui "commencent avec des taux d'intérêt bas et qui, d'un seul coup, se retrouvent avec des taux qui ont doublé, des frais dont ils ignoraient tout et qu'on rajoute soudain sur leurs factures, un manque complet de clarté et de transparence dans les termes" de leurs contrats.

"Il faut des protections fortes et fiables, qui interdisent pour les consommateurs les hausses de taux injustes, les frais et les pénalités abusifs, je pense que le temps des hausses des taux à n'importe quel moment, pour n'importe quelle raison, doit prendre fin", a-t-il dit à l'issue de ces entretiens à la Maison Blanche avec les représentants d'une industrie hostile à une telle réforme.

"Notre administration va pousser à la réforme", a-t-il dit, se mêlant ainsi à un effort inédit pour réécrire les règles de conduite des sociétés de crédit.

Une commission de la Chambre des représentants a adopté mercredi un texte de loi contre les hausses arbitraires des taux d'intérêt et les pénalités excessives. Le texte pourrait aller devant la Chambre au complet la semaine prochaine. Un autre devrait être débattu au Sénat. Son sort est plus incertain, et il faudra aux deux chambres s'entendre sur une législation commune.

Jeudi, deux influents sénateurs démocrates, Christopher Dodd et Charles Schumer, ont appelé la banque centrale à imposer un gel immédiat des taux d'intérêt des cartes de crédit.

M. Obama qui, depuis son investiture en janvier, a beaucoup vitupéré au nom des Américains contre l'appât du gain de Wall Street, n'a pas expressément soutenu le texte de la Chambre. Il a indiqué que son gouvernement allait travailler à la réforme avec le Congrès.

Mais il a exposé à ses hôtes les grands principes de nouvelles règles de conduite.

Outre la protection des consommateurs, tous les formulaires devront être rédigés de façon compréhensible et lisible: "Finies les clauses de bas de page; finis les termes et les conditions confuses".

Les consommateurs doivent pouvoir faire jouer la concurrence, et les sociétés qui violent la loi doivent sentir "peser tout le poids" de la loi, a-t-il dit.

Avec la crise et la suppression de plus de cinq millions d'emplois depuis le début de la récession en décembre 2007, un nombre record d'Américains sont en retard sur le paiement de leurs factures de carte de crédit, voire incapables de les payer. Pour se protéger, les organismes augmentent les taux d'intérêt jusqu'à près de 30% et coupent les lignes de crédit.

Les organisations de consommateurs s'indignent aussi d'une réécriture permanente des règles.

Mais les sociétés de cartes de crédit font de la résistance. Elles disent que si elles augmentent leurs taux, c'est en raison du risque accru en période de crise. Elles font valoir que si elles ne peuvent pas faire payer les consommateurs à risque, elles devront faire payer tout le monde.

Et au moment où M. Obama tente de relancer la consommation, elles mettent en garde contre toute initiative qui limiterait l'activité de crédit.

Première publication : 23/04/2009

COMMENTAIRE(S)