Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

Amériques

Sept pédophiles présumés, dont un prêtre, arrêtés au Mexique

Dernière modification : 23/04/2009

Au lendemain de la découverte d'archives compromettantes au domicile d'un proche du ministère des Affaires étrangères, la police a arrêté sept personnes suspectées d'avoir diffusé 100 000 photos et vidéos pédophiles sur Internet.

AFP - Sept pédophiles présumés, dont un prêtre, ont été arrêtés au Mexique, suspects d'avoir diffusé sur internet quelque 100.000 photos et vidéos mettant en scène des enfants de moins de 10 ans, a annoncé mercredi le Parquet de Mexico.

"Des archives contenant un grand nombre de scènes de sexe explicite d'adultes avec des garçonnets et des fillettes de 0 à 10 ans" ont été découvertes à Mexico au domicile d'un collaborateur du ministère mexicain des Affaires étrangères, âgé de 32 ans, a précisé le Parquet.

L'enquête, entamée en mars dernier, a conduit sur la piste des autres membres présumés du réseau dans diverses régions du Mexique, dont le prêtre, repéré à Xalapa, la capitale de l'Etat de Veracruz (sud-est, sur la côte Atlantique), selon le Parquet.

Un des suspects arrêtés a avoué des délits de "viol et abus sexuel", a ajouté le Parquet.

Les images diffusées par les suspects étaient consultées par des internautes au "Brésil, en Espagne, Bulgarie, Russie, Etats-Unis et Argentine", a précisé à la presse le coordinateur de l'Unité cybernétique de la police judiciaire, Gustavo Caballero.

Première publication : 23/04/2009

COMMENTAIRE(S)