Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

EUROPE

Dmitri Medvedev limoge le chef du renseignement militaire

Dernière modification : 24/04/2009

Le président Dmitri Medvedev a limogé Valentin Korabelnikov, le chef du renseignement militaire. Selon une source citée par l'agence RIA-Novosti, le général Korabelnikov a lui-même démissionné pour protester contre la réforme de l'armée.

AFP - Le président russe Dmitri Medvedev a limogé vendredi le chef du renseignement militaire (GRU), Valentin Korabelnikov, a annoncé le service de presse du Kremlin dans un communiqué.
   
Le général Korabelnikov est limogé de son poste à la tête du GRU, l'un des services les plus fermés de Russie, et de l'armée, est-il écrit dans le décret présidentiel.
   
Le général Alexandre Chliakhtourov a été nommé à la tête du GRU en vertu du même décret.
   
Selon une source au sein du GRU citée par l'agence RIA-Novosti, le général Korabelnikov a donné lui-même sa démission pour protester contre la réforme de l'armée qui prévoit d'importantes réductions d'effectifs.
   
"Korabelnikov a récemment une nouvelle fois présenté sa démission par écrit. Le général a ainsi protesté contre le démantèlement d'une division du GRU hautement efficace et contre des mesures prévoyant des réductions d'effectifs au sein de cette structure", a expliqué cette source.
   
Valentin Korabelnikov, à la tête du GRU depuis 1997, a 63 ans, alors que les chefs militaires servent généralement jusqu'à 60 ans.
   
"Korabelnikov était l'un des généraux les plus proches de Vladimir Poutine" ancien président devenu Premier ministre en mai 2008, estime l'analyste militaire indépendant Alexandre Golts interrogé par l'AFP.
   
Selon lui, la décision de le limoger ne témoigne toutefois pas d'une scission au sein du tandem Vladimir Poutine-Dmitri Medvedev et a été prise en commun.
   
Les dirigeants russes "reprochent au GRU de ne les pas avoir avertis sur l'intervention géorgienne en Ossétie du Sud" en août qui a entraîné la guerre russo-géorgienne, affirme M. Golts.
 

Première publication : 24/04/2009

COMMENTAIRE(S)