Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement veut poursuivre l'extradition de l'ex-nazi Demjanjuk

Dernière modification : 24/04/2009

Le ministère de la Justice américain estime que l'ancien garde de camp nazi John Demjanjuk, 89 ans, est en mesure de voyager et demande la poursuite de sa procédure d'extradition vers l'Allemagne.

AFP - Le ministère de la Justice américain a demandé jeudi à une cour fédérale de poursuivre la procédure d'expulsion vers l'Allemagne de l'ex-garde de camp nazi John Demjanjuk, 89 ans, affirmant qu'il était en mesure de voyager.

La cour d'appel fédérale basée à Cincinnati (Ohio, nord) avait donné jusqu'au 23 avril aux deux parties, le gouvernement et la famille Demjanjuk, pour fournir des documents lui permettant de prendre sa décision quant à l'appel de l'expulsion déposé par l'ancien garde de camp nazi.

Le gouvernement a estimé que l'octogénaire pouvait aller en avion en Allemagne et promis qu'il voyagerait confortablement, avec l'assistance médicale nécessaire.

"La cour doit rejeter (la) requête du demandeur" et poursuivre la procédure d'expulsion, a indiqué le ministère de la Justice.

L'ancien garde de camp nazi se bat pour échapper à son expulsion vers l'Allemagne, suspendue in extremis la semaine dernière par un référé de la cour d'appel de Cincinnati.

L'ancien auxiliaire des camps de la mort, soupçonné d'avoir aidé à l'extermination de 29.000 juifs, est réclamé par la justice allemande.

Selon l'avocat de la famille, M. Demjanjuk souffre notamment d'affections de la moelle osseuse, d'insuffisance rénale chronique, d'un déficit hépatique, d'anémie ou encore d'arthrite.

Mais le ministère de la Justice assure dans un communiqué "qu'aucun rapport médical fourni par le demandeur n'étaye l'affirmation selon laquelle voyager ou être incarcéré pourrait être assimilable à de la torture étant donné son état de santé", ce qu'avait déclaré son fils au début du mois.

Le ministère s'est appuyé sur un rapport confidentiel d'un médecin militaire spécialiste du transport aérien, le capitaine Carlos Quinoes, certifiant que M. Demjanjuk avait été autorisé à prendre l'avion après un examen médical.

Le médecin a aussi fourni à la cour quatre vidéos le montrant sortir de sa voiture et entrer dans les bureaux des services médicaux.

L'ancien garde de camp nazi n'a pas réussi "à fournir la moindre preuve qu'il souffrirait de torture en étant expulsé vers l'Allemagne", assure le ministère.

Né en Ukraine en 1920, John (Yvan) Demjanjuk, soldat dans l'Armée rouge, avait été capturé par les nazis au printemps 1942.

Il a ensuite été formé au camp de Treblinka, en Pologne, et a servi deux ans dans les camps de Sobibor et Majdanek, en Pologne et Flossenburg, en Bavière.

M. Demjanjuk a toujours affirmé avoir été forcé à travailler pour les nazis et avoir été confondu par des survivants avec d'autres gardes cruels. Il s'est installé aux Etats-Unis en 1952 avec sa famille.

Condamné à mort en Israël en 1988, il a toutefois été acquitté par la Cour suprême israélienne en raison de doutes sur son identité.

Première publication : 24/04/2009

COMMENTAIRE(S)