Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Economie

Paris s'engage à hauteur de 16 milliards de dollars auprès du FMI

Dernière modification : 24/04/2009

La ministre de l'Économie Christine Lagarde a signé l'engagement de la France à contribuer au Fonds monétaire international à hauteur de 16 milliards de dollars. Cette somme aidera le FMI à pallier les conséquences de la crise.

AFP - "J'ai signé la lettre engageant la France à payer au FMI sa contribution pour l'augmentation des financements dont disposera le FMI pour lutter contre la crise", a déclaré la ministre à l'issue d'une rencontre avec le directeur général de l'institution multilatérale Dominique Strauss-Kahn.

Les grands Etats développés et émergents du G20 ont décidé pour le FMI une enveloppe supplémentaire de 500 milliards de dollars pour l'aider à pallier les conséquences de la crise. Sur ce total, les pays de l'Union européenne contribueront à hauteur de 100 milliards (environ 75 milliards d'euros).

Mme Lagarde a précisé que la France s'engageait sur 15 milliards dans le cadre de cette enveloppe et d'un milliard au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC), réservée aux pays les plus pauvres de la planète.

"Ce n'est pas 15 milliards que j'ai posés sur la table, c'est un engagement que prend notre pays pour répondre aux besoins de financements quand ils se présenteront", a précisé la ministre.

Avec la signature de cet engagement, la France est un des premiers Etats-membres de l'Union européenne à concrétiser les décisions annoncées au sommet du G20 qui s'est déroulé à Londres il y trois semaines.

Vendredi se tient à Washington une réunion des ministres de l'Economie et des Finances du G7, suivie par une réunion du G20. Le lendemain s'ouvriront dans la capitale américaine les réunions de printemps du FMI et de la Banque Mondiale.

Première publication : 24/04/2009

COMMENTAIRE(S)