Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche en France : l'ultime débat (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche en France : l'ultime débat (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gauche : quelle recomposition ?

En savoir plus

POLITIQUE

Trump président des États-Unis : le populisme au pouvoir

En savoir plus

FOCUS

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

Amériques

Face au "potentiel pandémique", l'OMS appelle à la vigilance

Dernière modification : 25/04/2009

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la grippe porcine - qui a entraîné la mort d'au moins 20 personnes au Mexique - a "clairement un potentiel pandémique". L'OMS appelle les pays non touchés à accroître leur vigilance.

AFP - Le virus de la grippe porcine qui a fait au moins 20 morts au Mexique et huit cas non mortels aux Etats-Unis a "clairement un potentiel pandémique", a averti samedi l'Organisation mondiale de la santé, appelant les pays non touchés à accroître leur vigilance.

"Le virus a clairement un potentiel pandémique", a prévenu la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, lors d'une conférence de presse téléphonique depuis le siège de l'organisation à Genève.

Les pays non touchés doivent "accroître leur vigilance", a-t-elle souligné.

Les autorités sanitaires mondiales ont déclenché l'alerte vendredi après le signalement de 20 décès causés par un virus de la grippe porcine au Mexique où près d'un millier de personnes sont sous observation.

L'OMS s'est dite "très inquiète" de l'apparition de ce virus de grippe porcine identifié comme A/H1N1 qui se transmet d'homme à homme.

Première publication : 25/04/2009

COMMENTAIRE(S)