Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Au Lesotho, l’armée dément avoir mené un coup d’État

    En savoir plus

  • Golan : les combats continuent entre les jihadistes et les casques bleus

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

EUROPE

La Turquie proteste contre les positions d'Obama

Dernière modification : 25/04/2009

La Turquie a qualifié samedi d'"inacceptable" la vision de l'histoire présentée par Barack Obama dans un communiqué diffusé la veille à l'occasion des commémorations des massacres d'Arméniens en 1915-16.

AFP - La Turquie a jugé "inacceptables" certaines parties du message annuel des Etats-Unis sur les massacres d'Arméniens perpétrés en 1915 sous le régime ottoman, écrit cette année par le président Barack Obama.

"Nous considérons certaines expressions du message et la perception de l'histoire qu'il renferme concernant les événements de 1915 comme inacceptables", a indiqué le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le président turc Abdullah Gul a affirmé que M. Obama aurait du mentionner les Turcs tués lors de ces événements.

"Je ne suis pas d'accord avec certaines parties de la déclaration de M. Obama. Toutes les douleurs devraient être partagées", a-t-il souligné lors d'une interview télévisée.

M. Gul qui s'exprimait en marge du sommet sur le gaz de Sofia a ajouté que les hommes politiques devraient s'abstenir de juger les événements historiques.

"Maintenant il nous faut regarder vers l'avenir et donner une chance à la démocratie", a dit M. Gul, soulignant les efforts faits pour résoudre les problèmes entre la Turquie et l'Arménie, tout comme entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

"Ce message ne nous satisfait pas", a déclaré le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie. "Chacun doit éviter des déclarations qui gêneraient le processus de normalisation" entre Ankara et Erevan, a-t-il ajouté.

Le ministère des affaires étrangères a lui aussi déploré que le message d'Obama ne mentionne pas "les centaines de milliers de Turcs" tués dans les combats entre Turcs et Arméniens ces années-là. Il s'est également réjoui du soutien d'Obama aux efforts actuels de rapprochement entre Turquie et Arménie.

Dans le communiqué publié par la Maison Blanche, le président américain parle de ce qui s'est passé comme de l'une des "grandes atrocités du 20e siècle".

Il reprend à son compte le chiffre, contesté par la Turquie, d'un million et demi d'Arméniens tués. Mais il n'emploie pas le mot de génocide ce qui aurait pu causer un incident avec la Turquie. Il préfère utiliser l'appellation arménienne de "Meds Yeghern", pour "grande calamité".

La communauté arménienne des Etats-Unis a vivement critiqué le manquement à ses promesses de M. Obama qui, quand il était candidat, s'était engagé à reconnaître la réalité d'un génocide s'il était élu.

M. Obama a dit dans son communiqué ne pas se désavouer : "J'ai exprimé avec constance mon opinion personnelle sur ce qui s'est passé en 1915, et mon opinion sur l'histoire n'a pas changé. Ce qui continue à m'intéresser, c'est une reconnaissance entière, franche et juste des faits".

La question d'un génocide arménien est un champ de mines diplomatique. Les Arméniens font pression pour que soient reconnus comme tel les massacres et déportations qui, entre 1915 et 1917, ont tué selon eux plus d'un million et demi d'entre eux. La Turquie reconnaît qu'entre 300.000 et 500.000 personnes ont péri, non pas victimes d'une campagne d'extermination selon elle, mais dans le chaos sévissant dans les dernières années de l'Empire ottoman.

En début de la semaine, la Turquie a annoncé être parvenue à s'entendre avec l'Arménie sur une "feuille de route" pour des négociations en vue d'une normalisation des liens bilatéraux, avec la médiation de la Suisse.

Même si la Turquie a été l'un des premiers pays à reconnaître en 1991 l'indépendance de l'Arménie (de l'ex-URSS), Ankara a refusé d'établir des relations diplomatiques avec ce pays en raison de la campagne de Erevan pour que les massacres de 1915 soient considérés comme un génocide.
 

Première publication : 25/04/2009

COMMENTAIRE(S)