Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

La Turquie proteste contre les positions d'Obama

Dernière modification : 25/04/2009

La Turquie a qualifié samedi d'"inacceptable" la vision de l'histoire présentée par Barack Obama dans un communiqué diffusé la veille à l'occasion des commémorations des massacres d'Arméniens en 1915-16.

AFP - La Turquie a jugé "inacceptables" certaines parties du message annuel des Etats-Unis sur les massacres d'Arméniens perpétrés en 1915 sous le régime ottoman, écrit cette année par le président Barack Obama.

"Nous considérons certaines expressions du message et la perception de l'histoire qu'il renferme concernant les événements de 1915 comme inacceptables", a indiqué le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le président turc Abdullah Gul a affirmé que M. Obama aurait du mentionner les Turcs tués lors de ces événements.

"Je ne suis pas d'accord avec certaines parties de la déclaration de M. Obama. Toutes les douleurs devraient être partagées", a-t-il souligné lors d'une interview télévisée.

M. Gul qui s'exprimait en marge du sommet sur le gaz de Sofia a ajouté que les hommes politiques devraient s'abstenir de juger les événements historiques.

"Maintenant il nous faut regarder vers l'avenir et donner une chance à la démocratie", a dit M. Gul, soulignant les efforts faits pour résoudre les problèmes entre la Turquie et l'Arménie, tout comme entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

"Ce message ne nous satisfait pas", a déclaré le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie. "Chacun doit éviter des déclarations qui gêneraient le processus de normalisation" entre Ankara et Erevan, a-t-il ajouté.

Le ministère des affaires étrangères a lui aussi déploré que le message d'Obama ne mentionne pas "les centaines de milliers de Turcs" tués dans les combats entre Turcs et Arméniens ces années-là. Il s'est également réjoui du soutien d'Obama aux efforts actuels de rapprochement entre Turquie et Arménie.

Dans le communiqué publié par la Maison Blanche, le président américain parle de ce qui s'est passé comme de l'une des "grandes atrocités du 20e siècle".

Il reprend à son compte le chiffre, contesté par la Turquie, d'un million et demi d'Arméniens tués. Mais il n'emploie pas le mot de génocide ce qui aurait pu causer un incident avec la Turquie. Il préfère utiliser l'appellation arménienne de "Meds Yeghern", pour "grande calamité".

La communauté arménienne des Etats-Unis a vivement critiqué le manquement à ses promesses de M. Obama qui, quand il était candidat, s'était engagé à reconnaître la réalité d'un génocide s'il était élu.

M. Obama a dit dans son communiqué ne pas se désavouer : "J'ai exprimé avec constance mon opinion personnelle sur ce qui s'est passé en 1915, et mon opinion sur l'histoire n'a pas changé. Ce qui continue à m'intéresser, c'est une reconnaissance entière, franche et juste des faits".

La question d'un génocide arménien est un champ de mines diplomatique. Les Arméniens font pression pour que soient reconnus comme tel les massacres et déportations qui, entre 1915 et 1917, ont tué selon eux plus d'un million et demi d'entre eux. La Turquie reconnaît qu'entre 300.000 et 500.000 personnes ont péri, non pas victimes d'une campagne d'extermination selon elle, mais dans le chaos sévissant dans les dernières années de l'Empire ottoman.

En début de la semaine, la Turquie a annoncé être parvenue à s'entendre avec l'Arménie sur une "feuille de route" pour des négociations en vue d'une normalisation des liens bilatéraux, avec la médiation de la Suisse.

Même si la Turquie a été l'un des premiers pays à reconnaître en 1991 l'indépendance de l'Arménie (de l'ex-URSS), Ankara a refusé d'établir des relations diplomatiques avec ce pays en raison de la campagne de Erevan pour que les massacres de 1915 soient considérés comme un génocide.
 

Première publication : 25/04/2009

COMMENTAIRE(S)