Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Sports

Le Britannique Jenson Button s'offre la victoire

Dernière modification : 28/04/2009

Jenson Button (Brawn GP) s'est adjugé à Bahreïn son troisième Grand Prix de la saison en s'imposant devant Sebastian Vettel, et Jarno Trulli, parti en pole. Le Britannique creuse l'écart en tête du classement des pilotes.

REUTERS - Jenson Button a remporté dimanche à Bahreïn son troisième Grand Prix en quatre courses dans le championnat du monde de Formule Un au volant de sa Brawn GP, à l'issue d'une course maîtrisée devant la concurrence. Dans une chaleur étouffante, le Britannique a terminé avec sept secondes d'avance sur l'Allemand Sebastian Vettel, vainqueur sur Red Bull le dimanche précédent en Chine, et l'Italien Jarno Trulli sur Toyota, auteur de la pole position.

Ferrari a marqué ses premiers points cette année sur le circuit de Sakhir, posé au milieu des étendues de sable, grâce à la sixième place de Kimi Räikkönen.

Lewis Hamilton, à l'issue d'une course sage et grâce à un bon départ, a pris la quatrième place devant Rubens Barrichello, l'autre pilote Brawn GP.

L'Allemand Timo Glock, en tête dans les 10 premiers tours sur Toyota, a terminé septième et Fernando Alonso sur Renault a pris le point de la huitième place.

Sébastien Bourdais, parti en dernière position sur la grille, a fait une belle course en terminant 13e sur les 19 voitures à l'arrivée.

Button accroît son avance au classement des pilotes. Il compte 31 points, 12 de plus que Barrichello et 13 de plus que Vettel. Hamilton est septième.

Brawn est en tête du classement des constructeurs avec 50 points devant Red Bull (27,5) et Toyota (26,5). Ferrari est neuvième et avant-dernière avec trois points.


EMBOUTEILLAGE POUR LA DEUXIÈME PLACE

Le meilleur départ était réalisé par Lewis Hamilton, passé de la cinquième à la troisième place grâce à son système de récupération de l'énergie cinétique (Srec).
Glock prenait la tête dans le premier virage devant Trulli et les deux Toyota, parties avec peu d'essence, restaient dans cet ordre jusqu'au premier arrêt aux stands (11 et 12e tour).

Mais Trulli et Glock repartaient en pneus durs, ce qui allait les pénaliser jusqu'au prochain arrêt.

Les Brawn GP de Button et Barrichello étaient les plus rapides dans le deuxième relais, le Brésilien à l'attaque pour doubler Nelson Piquet puis Glock, le Britannique pour creuser l'écart en première position.

Bloqués par Trulli après leur premier ravitaillement, Vettel et Hamilton perdaient du terrain sur Button à raison de près d'une seconde par tour.
Une grande partie du peloton de tête s'arrêtait une deuxième fois à 20 tours de l'arrivée. Button ressortait à une dizaine de secondes de Vettel et récupérait la tête trois tours plus tard avec l'arrêt de l'Allemand.

La stratégie de Red Bull permettait à Vettel de ressortir devant la Toyota de Trulli, le plus rapide sur la fin de course avec des pneus tendres.

Ce nouvel embouteillage derrière lui permettait au Britannique de conserver sa dizaine de secondes d'avance dans les derniers tours, Vettel résistant aux attaques de Trulli malgré ses pneus durs.

Le leader du championnat du monde ne serait jamais revu.
 

Première publication : 26/04/2009

COMMENTAIRE(S)