Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La prise de Ramadi : la faute aux Américains ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaza au bord de l'asphyxie, selon la Banque mondiale

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'Etat Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3è mandat de Pierre Nkurunziza

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Palmyre en danger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : David Letterman fait ses adieux au "Late Show"

En savoir plus

FRANCE

Un cas suspect en France, les autorités se veulent rassurantes

Vidéo par FRANCE 3

Dernière modification : 27/04/2009

La préfecture du Nord a annoncé que les trois cas suspects dans le département n'avaient finalement pas contracté la maladie. Il n'en reste plus qu'un en région parisienne. Les autorités se disent vigilantes et cherchent à rassurer.

AFP - Les responsables de la santé en France se sont déclarés vigilants vis-à-vis de l'épidémie de grippe porcine qui touche le Mexique, tout en soulignant qu'il n'y avait pas de cas avéré en France et qu'il ne fallait pas s'alarmer, le pays étant bien équipé pour faire face à une pandémie.
  
La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a assuré qu'"on ne peut pas affirmer qu'on est face à un virus pandémique" mais qu'on surveille la situation "avec un très grand soin": réunion au niveau européen, contact avec l'OMS, circulaire aux préfets, conseils aux voyageurs, mise en alerte des professionnels de santé, activation d'une cellule de crise...
  
"Il faut appeler à la vigilance et ne pas s'alarmer", a-t-elle souligné, tandis que Françoise Weber, directrice de l'Institut de veille sanitaire, notait que les quelques cas suspects étaient "des grippes bénignes" et que les gens "vont très bien".
  
Le diagnostic des trois cas suspectés de grippe porcine dans le Nord s'est avéré dimanche soir "négatif", a annoncé la préfecture.
  
Ces trois personnes, un couple de 47 et 50 ans et leur fils de 25 ans, habitant dans la région de Lille, devaient rentrer chez eux dimanche soir. Les examens ont déterminé qu'ils n'étaient pas porteurs du virus de la grippe porcine.
  
Ne reste plus que le cas d'une personne en région parisienne dont les résultats des examens devraient être connus lundi.
  
Pour que soit mené un examen sérologique approfondi, il faut que la personne souffre de fièvre et de toux, ait séjourné dans des zones touchées ou ait été en contact avec un cas probable ou confirmé.
  
Selon Didier Houssin, directeur général de la santé, la France est "un des pays les mieux préparés face à une épidémie": il y a "33 millions de traitements (médicaments antiviraux, ndlr) en stock", pour l'essentiel du Tamiflu auquel le virus "semble sensible", a-t-il dit.
  
"Mais traiter une personne malade n'est pas limiter la propagation du virus", a-t-il noté.
  
Il a souligné qu'"aucun pays européen n'a envisagé une suspension des vols" vers le Mexique ou en provenance de ce pays. Quant aux caméras thermiques mises en place au Japon pour déceler les voyageurs fiévreux qui arrivent, il a affirmé que ces caméras avaient "des performances très insuffisantes".
  
En outre, "l'état grippal est précédé d'une phase d'incubation" où il n'y a pas de symptôme, a-t-il dit.
  
Au centre de crise sanitaire, installé dans les sous-sols du ministère de la Santé, une dizaine de personnes géraient dimanche les appels des préfectures, des centres du Samu et de la Direction des affaires sanitaires et sociales (Dass) et leur répercutaient les décisions prises par les autorités.
  
Samedi, le centre avait reçu quelque 200 appels des services concernés.
  
Les personnes partant pour le Mexique peuvent appeler le 15, le numéro de la plateforme téléphonique grippe porcine 0825.302.302 ou encore celle du ministère des Affaires étrangères (01.45.50.34.60).
  
Celles qui en rentrent et présentent des symptômes doivent aller voir leur médecin ou appeler le 15, a dit Mme Weber.
  
M. Houssin s'est rendu en fin d'après-midi à l'aéroport de Roissy pour une "réunion de travail" sur les systèmes mis en place pour informer les voyageurs.
  
De son côté, la FNSEA a affirmé ne pas craindre d'impact de l'épidémie sur la filière du porc en France, car le problème est "plus humain qu'animal", selon Christiane Lambert, la vice-présidente du syndicat agricole, rappelant ainsi que la transmission du virus ne se transmet pas en mangeant du porc.
  
.

Première publication : 27/04/2009

COMMENTAIRE(S)