Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

FRANCE

Le "gang des barbares" dans le box des accusés

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par Nicolas DE SCITIVAUX

Dernière modification : 29/04/2009

Le procès de Youssouf Fofana et de 26 complices présumés s'ouvre, ce mercredi, à la cour d'assises des mineurs de Paris pour le "meurtre aggravé" d'Ilan Halimi en 2006. La mère de la victime réclame un procès public.

Le procès de Youssouf Fofana débute ce mercredi devant la cour d'assises de Paris pour le "meurtre aggravé" d'Ilan Halimi en 2006.

 

Décrit comme un "caïd de cité", ce jeune d'origine ivoirienne, aujourd'hui âgé de 28 ans, a marqué les 37 avocats qui l'ont rencontré, dont certaines sommités du barreau, comme Jacques Vergès ou Eric Dupond-Moretti, qu'il a récusés ou qui ont préféré ne pas assurer sa défense.

 

Au total 27 personnes, dont des mineurs et une dizaine de jeunes femmes, doivent comparaître pour l'enlèvement et l'assassinat du jeune homme de confession juive.

 

Mais la figure de Youssouf Fofana, chef présumé du "gang des barbares", reste prépondérante.

 

Torturé et brûlé vif

 

Le 20 janvier 2006, Ilan Halimi, salarié dans un magasin de téléphonie mobile, est attiré par une jeune femme en banlieue parisienne, où il sera enlevé, avant d’être séquestré dans une cité de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine.

 

Les kidnappeurs réclament alors à la famille d’Ilan, qu'ils pensent riche car de confession juive, 450 000 euros en échange de sa libération.

 

Dans l’attente de la rançon, qui ne pourra jamais être payée, Ilan Halimi est torturé par ses ravisseurs puis brûlé vif et abandonné près d’une voie ferrée, où il sera retrouvé agonisant le 13 février, avant de décéder sur le chemin de l'hôpital.

 

Une complice, qui a préféré se rendre à la police, permettra aux enquêteurs de retrouver Youssouf Fofana, en cavale en Côte d'Ivoire. Il sera finalement arrêté le 23 février et extradé vers la France quelques jours plus tard.

 

La mère d’Ilan s’en prend aux enquêteurs

 

Ruth Halimi, la mère de la victime, a publié, le 2 avril dernier, un livre dans lequel elle critique de manière virulente le travail de la brigade criminelle en charge de l’affaire.

 

Elle reproche notamment aux enquêteurs de ne pas avoir immédiatement diffusé le portrait-robot de la jeune fille ayant servi d’appât, sous prétexte que cela mettrait en danger la vie d’Ilan. "Moi, je crois au contraire que cela l’aurait sauvé", écrit-elle.

 

Aujourd’hui, elle souhaite que le procès ne se déroule pas à huis clos. "C’est la loi du silence qui l’a tué, déplore Ruth Halimi. Je pense qu’il faut que les débats soient publics, pour qu’on puisse voir ces jeunes qui ont torturé Ilan."

Première publication : 27/04/2009

COMMENTAIRE(S)