Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les négociations reprennent entre le Fatah et le Hamas au Caire

Dernière modification : 27/04/2009

Le dialogue de "réconciliation" entre le Fatah du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (photo), et le Hamas en vue de la formation d'un gouvernement d'entente doit reprendre, ce lundi, sous le patronage de l'Égypte.

AFP - Le difficile dialogue palestinien de "réconciliation", qui vise notamment à la formation d'un gouvernement d'entente, reprendra lundi au Caire, a indiqué dimanche le quotidien officiel Al-Akhbar.
  
Avant la reprise de ces négociations, sous supervision du chef des renseignements égyptiens Omar Souleimane, les délégations des partis rivaux Fatah et Hamas, qui sont arrivées au Caire, doivent avoir des entretiens séparés avec des responsables égyptiens de sécurité.
  
La délégation du Fatah est menée par l'ancien Premier ministre Ahmad Qorei et celle du Hamas par Moussa Abou Marzouk, numéro 2 du bureau politique du mouvement islamiste.
  
La nouvelle session du dialogue de "réconciliation" sera difficile, a déjà prévenu samedi un représentant du mouvement islamiste Hamas.
  
"Cette session sera la plus difficile compte tenu de l'immobilisme" constaté durant les précédents rounds, qui n'ont pas permis d'avancées, a déclaré à l'AFP à Gaza Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas.
  
Cette session "sera la dernière s'il n'y a pas d'accord entre les deux parties", a pour sa part prévenu un responsable de l'OLP à Ramallah (Cisjordanie).
  
En cas d'échec, a dit à l'AFP ce responsable qui a requis l'anonymat, l'alternative pour le président Mahmoud Abbas serait de donner mandat au Premier ministre démissionnaire Salam Fayyad en vue de la formation d'"un nouveau gouvernement en invitant toutes les parties palestiniennes à y participer".
  
Salam Fayyad devait quitter ses fonctions fin mars, mais a ensuite annoncé qu'il resterait en poste en attendant l'issue du dialogue de réconciliation.
  
Le Hamas et le Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas peinent à faire avancer le dialogue de réconciliation lancé le 10 mars au Caire en vue de la formation notamment d'un gouvernement d'entente.
  
Les deux mouvements sont en conflit ouvert depuis que le Hamas a violemment pris le contrôle de Gaza en juin 2007, après 18 mois de coexistence houleuse au sein de l'Autorité palestinienne.
  
Le 2 avril, les deux parties ont suspendu leurs pourparlers pour trois semaines.
  
Quelques jours plus tard, l'Egypte a proposé que les mouvements rivaux suspendent les négociations sur un gouvernement d'union et créent plutôt un comité chargé de coordonner deux cabinets rivaux.
  
De l'issue du processus dépend notamment la reconstruction de la bande de Gaza, dévastée par une offensive israélienne du 27 décembre au 18 janvier qui a coûté la vie à plus de 1.400 Palestiniens.
  
Ne traitant qu'avec l'Autorité palestinienne, la communauté internationale refuse de parler au Hamas tant qu'il ne reconnaît pas Israël et ne renonce pas à la violence, et exclut que l'aide à la reconstruction de Gaza passe par lui.
  
Cette communauté a promis 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza et la relance de l'économie palestinienne.
  

Première publication : 27/04/2009

COMMENTAIRE(S)