Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

EUROPE

Acquittement de trois complices présumés des attentats de Londres

Dernière modification : 28/04/2009

Accusés d'avoir mené une mission de reconnaissance au cours de la préparation des attentats qui avaient fait 52 morts dans les transports publics londoniens en 2005, trois hommes ont finalement été acquittés par la justice britannique.

AFP - Trois hommes accusés d'avoir aidé les auteurs des attentats meurtriers à Londres en juillet 2005 en menant une mission de reconnaissance dans la capitale britannique, ont été jugés non coupables mardi par un tribunal londonien.
   
Mohammed Shakil, 32 ans, Waheed Ali, 25 ans, et Sadeer Saleem, 28 ans, étaient soupçonnés de complicité avec les quatre auteurs des attentats du 7 juillet 2005 dans les transports en commun londoniens, qui ont fait 56 morts --dont les quatre kamikazes-- et plus de 700 blessés. Ils sont les seuls suspects à avoir jamais été jugés pour ces attentats.
   
Waheed Ali et Mohamed Shakil ont néanmoins été jugés coupables de complicité en vue de participer à un camp d'entraînement terroriste, par le tribunal de Kingston (sud-ouest de Londres). Leur sentence devrait être prononcée mercredi.
   
Shakil, Ali et Saleem avaient déjà fait l'objet l'an dernier d'un premier procès. Mais après quatre mois d'audiences et près de 66 heures de délibérations, le jury avait été dissous en août 2008 faute d'être parvenu à un verdict, ouvrant la voie à un second procès.
   
Les trois hommes étaient accusés d'avoir mené une mission de reconnaissance de deux jours dans la capitale britannique, où ils se sont rendus sur des sites très touristiques comme le musée d'histoire naturelle, la grande roue ("London eye") et l'aquarium de Londres sept mois avant les attentats.
   
Ce déplacement était considéré par l'accusation comme ayant été "un important premier pas" dans les préparatifs. Lors du procès, le trio a admis ce voyage mais affirmé qu'il s'agissait d'une "sortie" entre amis et nié qu'il ait servi au repérage de cibles potentielles.
   
Originaires de Leeds, ils fréquentaient tous le cerveau des attentats de juillet 2005 Mohammed Siddique Khan et son bras droit Shezhad Tanweer, deux des kamikazes, et avaient voyagé de Leeds à Londres avec un troisième, Hasib Hussain. A Londres, ils avaient également rencontré le quatrième terroriste, Jermaine Lindsay.
   
Entre 2001 et les attentats de 2005, Ali et Shakil ont effectué plusieurs voyages au Pakistan où ils ont participé à des camps d'entraînement terroriste, notamment avec Khan, selon le Parquet.
   
Ali et Shakil avaient été arrêtés le 22 mars 2007 à l'aéroport de Manchester (nord-ouest) alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer à bord d'un avion à destination du Pakistan, un voyage à vocation purement religieuse selon eux.
   
Aucun des trois accusés n'a caché son soutien au jihad lors du second procès. Ils ont toutefois affirmé ne pas approuver les attentats-suicides et ont nié être au courant des préparatifs en vue des attaques de juillet 2005.

Première publication : 28/04/2009

COMMENTAIRE(S)