Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis exhortent Colombo à laisser entrer l'aide humanitaire

Dernière modification : 28/04/2009

Washington salue la promesse faite par Colombo de ralentir son offensive militaire contre les rebelles séparatistes tamouls, mais exhorte toujours le gouvernement sri-lankais à laisser entrer l'aide humanitaire dans le nord-est de l'île.

AFP - Washington a salué lundi la promesse du Sri Lanka de cesser d'avoir recours aux armes lourdes dans la zone de guerre tout en exhortant le gouvernement de Colombo à y autoriser l'entrée de travailleurs humanitaires.

"Nous sommes encouragés par la déclaration du gouvernement (selon laquelle) il mettrait fin aux opérations de combat", a déclaré un porte-parole du département d'Etat Robert Wood.

Il a également salué un cessez-le-feu unilatéral proclamé par la rebellion des Tigres tamouls, qualifié de "plaisanterie" par le secrétaire à la Défense sri-lankais.

"Nous appelons les deux parties à respecter leurs engagements", a déclaré M. Wood.

Mais il a indiqué que les Etats-Unis restaient "très préoccupés" par la situation humanitaire.

"C'est important pour les organisations humanitaires d'avoir accès (à la zone) afin que nous puissions fournir (...) des soins et une assistance médicale" à la population, a-t-il dit.

Le Sri Lanka a refusé lundi aux Nations unies d'entrer dans la zone de guerre du nord-est de l'île où sont bloqués au moins 50.000 civils, selon le chef humanitaire de l'ONU, John Holmes, qui a toutefois salué le ralentissement annoncé par Colombo de son offensive militaire.

Persuadé d'être en train de gagner une conflit amorcé en 1972, le gouvernement a dit avoir ordonné aux forces armées de "cesser d'avoir recours aux armes de gros calibre, avions de combat et bombardements aériens qui pourraient provoquer des victimes civiles".

L'armée "se cantonnera à tenter de secourir des civils retenus en otage", a promis Colombo.

Selon l'ONU, plus de 6.500 civils ont probablement été tués et 14.000 blessés depuis que l'armée a lancé en janvier son offensive "finale" dans un Nord-Est aujourd'hui dévasté.

Première publication : 28/04/2009