Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

SCIENCES

L'armée américaine en quête d'"amis" sur Facebook

Dernière modification : 28/04/2009

L'armée américaine vient de lancer son compte officiel sur le site de socialisation en ligne Facebook. Il compterait déjà 8 000 abonnés. Elle s'est également dotée d'une nouvelle division dédiée aux "médias sociaux".

AFP - L'armée américaine a annoncé lundi le lancement de son compte officiel Facebook et l'ouverture d'un nouveau bureau pour les "médias sociaux" en ligne, en dépit de règles limitant l'accès des soldats aux sites de socialisation sur internet.
  
"Les jeunes d'aujourd'hui ne regardent pas les nouvelles du soir. Ils ont des amis avec qui ils partagent des informations sur Twitter ou Facebook", a déclaré une porte-parole Lindy Kyzer à l'AFP. "Si nous ne sommes pas présents dans ces espaces, alors nous ne parlerons pas de l'armée", a-t-elle ajouté.
  
La division de l'armée pour les "médias sociaux" en ligne a été créée en mars et la page officielle de l'armée sur Facebook lancée la semaine dernière compte déjà plus de 8.000 abonnés, a-t-elle ajouté.
  
Des femmes de soldats en quête de conseils d'autres familles de militaires, des jeunes recrues dans l'attente de leur mobilisation ou des anciens combattants se retrouvent sur le site.
  
L'armée avait amorcé un départ lent sur Twitter l'an dernier, avec quelque 5.000 utilisateurs.
  
Mais les restrictions sur la sécurité informatique du département de la Défense mises en place en 2007 constituaient un obstacle à l'utilisation des sites de socialisation, tandis que les soldats déployés en Irak ou en Afghanistan se voient souvent privés d'accès à Facebook ou Twitter sur les réseaux informatiques des bases militaires.
  
"C'est malheureux et cela rend les choses plus difficiles (...) mais nous avons de bons programmes de cybercafés" en situation de déploiement, commente encore Mme Kyzer.
  
Les règles de sécurité ont freiné les blogs des soldats au combat, qui doivent impérativement en informer leurs supérieurs, tandis que des hauts commandants peuvent librement s'exprimer sur la toile.
  
Le général Ray Odierno, commandant des forces américaines en Irak, a plus de 5.000 "amis" sur Facebook. L'US Air Force est sur Twitter et le commandement pacifique de la Marine a sa page Facebook remplie de photos.

Première publication : 28/04/2009

COMMENTAIRE(S)