Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

FRANCE

Des milliers de blouses blanches défilent dans les rues de Paris

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2009

Médecins, infirmières, aide-soignants, brancardiers... Les différents corps du monde hospitalier ont manifesté côte à côte contre le projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoires" de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

HPST. Quatre petites lettres (pour "Hôpital, patients, santé, territoires", le nom du projet de loi réformant l’hôpital proposée par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot) qui ont fait descendre le monde hospitalier dans la rue.

Ce mardi, médecins, infirmières, brancardiers, aide-soignants, ont hurlé leur colère à Paris pour dénoncer "l’hôpital-entreprise" et défendre le service public. Ils étaient 8 000 selon la police, entre 18 000 et 20 000, selon la CGT, à scander "La santé n’est pas une marchandise, l’hôpital n’est pas une entreprise !"

Les grands noms de la médecine française avaient abandonné le stéthoscope pour venir battre le pavé, à l’exemple de Laurent Lantieri, l’un des pionniers de la greffe de visage. "La mobilisation est exceptionnelle, c’est un mouvement parti d’un simple courriel il y a un mois et qui rassemble aujourd’hui l’ensemble des professions médicales travaillant à l’hôpital. Je n’ai jamais vu un tel mouvement", témoigne-t-il.

 


Cinq ans après une première réforme de la gouvernance des hôpitaux et l’introduction de la tarification à l’activité, plus ou moins bien digérées par le monde hospitalier, la loi HPST est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Le texte prévoit, notamment, un renforcement du pouvoir du directeur de l’hôpital. C’est lui qui aura le dernier mot pour décider du projet médical de son établissement, faisant craindre au personel hospitalier une logique de rentabilité des soins.

"Cette loi, c’est la toute puissance du directeur de l’hôpital. Et moi, je croyais que c’était les médecins qui soignaient les malades, pas les directeurs", s’insurge Bernard Debré, urologue à l’hôpital Cochin et député UMP, devant les caméras de France 2.

Ce que conteste vivement Roselyne Bachelot. "Je veux vous dire que je suis en relation constante avec la communauté hospitalière, a-t-elle déclaré devant les députés à l’issue de la manifestation. C’est la communauté médicale qui prépare le projet stratégique de l’établissement. Le directeur arrête le projet et ne peut mettre en œuvre qu’un projet élaboré par la communauté médicale".

Le "mouvement de défense de l’hôpital public", initié par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a également appelé à une grève, invitant à reporter les activités programmées et non urgentes. Le projet de loi – déjà adopté en première lecture par l’Assemblée nationale – doit être examiné par le Sénat le 11 mai.

Après s’être arrêté devant le ministère de la Santé, le cortège de blouses blanches a rejoint celui des enseignants-chercheurs, étudiants et chercheurs, avec un seul et unique mot d’ordre : la défense du service public.

Première publication : 28/04/2009

COMMENTAIRE(S)