Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

FRANCE

Des milliers de blouses blanches défilent dans les rues de Paris

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2009

Médecins, infirmières, aide-soignants, brancardiers... Les différents corps du monde hospitalier ont manifesté côte à côte contre le projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoires" de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

HPST. Quatre petites lettres (pour "Hôpital, patients, santé, territoires", le nom du projet de loi réformant l’hôpital proposée par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot) qui ont fait descendre le monde hospitalier dans la rue.

Ce mardi, médecins, infirmières, brancardiers, aide-soignants, ont hurlé leur colère à Paris pour dénoncer "l’hôpital-entreprise" et défendre le service public. Ils étaient 8 000 selon la police, entre 18 000 et 20 000, selon la CGT, à scander "La santé n’est pas une marchandise, l’hôpital n’est pas une entreprise !"

Les grands noms de la médecine française avaient abandonné le stéthoscope pour venir battre le pavé, à l’exemple de Laurent Lantieri, l’un des pionniers de la greffe de visage. "La mobilisation est exceptionnelle, c’est un mouvement parti d’un simple courriel il y a un mois et qui rassemble aujourd’hui l’ensemble des professions médicales travaillant à l’hôpital. Je n’ai jamais vu un tel mouvement", témoigne-t-il.

 


Cinq ans après une première réforme de la gouvernance des hôpitaux et l’introduction de la tarification à l’activité, plus ou moins bien digérées par le monde hospitalier, la loi HPST est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Le texte prévoit, notamment, un renforcement du pouvoir du directeur de l’hôpital. C’est lui qui aura le dernier mot pour décider du projet médical de son établissement, faisant craindre au personel hospitalier une logique de rentabilité des soins.

"Cette loi, c’est la toute puissance du directeur de l’hôpital. Et moi, je croyais que c’était les médecins qui soignaient les malades, pas les directeurs", s’insurge Bernard Debré, urologue à l’hôpital Cochin et député UMP, devant les caméras de France 2.

Ce que conteste vivement Roselyne Bachelot. "Je veux vous dire que je suis en relation constante avec la communauté hospitalière, a-t-elle déclaré devant les députés à l’issue de la manifestation. C’est la communauté médicale qui prépare le projet stratégique de l’établissement. Le directeur arrête le projet et ne peut mettre en œuvre qu’un projet élaboré par la communauté médicale".

Le "mouvement de défense de l’hôpital public", initié par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a également appelé à une grève, invitant à reporter les activités programmées et non urgentes. Le projet de loi – déjà adopté en première lecture par l’Assemblée nationale – doit être examiné par le Sénat le 11 mai.

Après s’être arrêté devant le ministère de la Santé, le cortège de blouses blanches a rejoint celui des enseignants-chercheurs, étudiants et chercheurs, avec un seul et unique mot d’ordre : la défense du service public.

Première publication : 28/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)