Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Washington annonce avoir mené un raid contre les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

FRANCE

Des professeurs en colère refusent de présider les jurys du bac

Texte par Hasnae MALIH

Dernière modification : 28/04/2009

Alors que les universitaires manifestent contre la réforme de l'enseignement supérieur, certains professeurs ont d'ores et déjà refusé de présider les jurys du baccalauréat 2009. Au risque de susciter l'incompréhension de la population.

Le 25 avril, le décret réformant le statut des enseignants-chercheurs a été publié au Journal officiel. Ce texte modifie le décret statutaire n° 84-431 du 6 juin 1984 et doit s'appliquer à la rentrée 2009 pour quelque 57 000 enseignants-chercheurs. L'instauration de ce nouveau décret a déclenché, dès le mois de février, un mouvement de colère dans les universités (manifestation, blocage des universités, etc.).

Depuis, les universitaires multiplient les actions. Certains ont décidé de faire pression sur le gouvernement en refusant de présider les jurys du baccalauréat 2009. Au risque de rendre leur mouvement moins populaire.

“Cela va dresser les gens contre nous”

"Nous avons envoyé des lettres individuelles au rectorat pour manifester notre refus de présider les jurys du baccalauréat cette année", explique Michel Savaric, maître de conférence à l'université de Franche-Comté et auteur d'une pétition publiée sur Internet.

"Notre action a une portée symbolique parce que nous ne sommes pas majoritaires. La seule chose qui pourrait vraiment embarrasser le rectorat serait un refus général des universitaires, comme ce qui s'est passé à la faculté de Rouen", où la majorité des professeurs a refusé de prendre part aux jurys.

De son côté, Isabelle This-Saint Jean, professeure à l'université Paris-13, craint que ce moyen d’action ne dresse la population contre le mouvement, même si elle le comprend. “Il y a d'autres moyens d'action. Refuser de présider les jurys du bac n'est pas un moyen d'action crédible, à mon avis. Il pourrait se révéler contre-productif”.

“Ça ne remet pas du tout en cause les examens du bac”

Pour éviter un dysfonctionnement dans le déroulement de l’épreuve, l'Education nationale, contactée par FRANCE 24, prévoit tout simplement de les remplacer par leurs collègues qui se porteraient volontaires. “Les examens du bac ne sont pas remis en cause cette année, étant donné que ceux qui refusent de faire partie des jurys sont minoritaires”.

Par ailleurs, le code de l'Education nationale (article D334-21) indique que "les présidents de jury peuvent être assistés, ou suppléés, par des présidents adjoints choisis par le recteur parmi les professeurs agrégés ou, à défaut, parmi les professeurs certifiés de l'enseignement du second degré exerçant dans un établissement d'enseignement public". Les professeurs remplaçants peuvent, également, être en activité ou à la retraite.

 

 

Première publication : 28/04/2009

COMMENTAIRE(S)