Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

FRANCE

Des professeurs en colère refusent de présider les jurys du bac

©

Texte par Hasnae MALIH

Dernière modification : 28/04/2009

Alors que les universitaires manifestent contre la réforme de l'enseignement supérieur, certains professeurs ont d'ores et déjà refusé de présider les jurys du baccalauréat 2009. Au risque de susciter l'incompréhension de la population.

Le 25 avril, le décret réformant le statut des enseignants-chercheurs a été publié au Journal officiel. Ce texte modifie le décret statutaire n° 84-431 du 6 juin 1984 et doit s'appliquer à la rentrée 2009 pour quelque 57 000 enseignants-chercheurs. L'instauration de ce nouveau décret a déclenché, dès le mois de février, un mouvement de colère dans les universités (manifestation, blocage des universités, etc.).

Depuis, les universitaires multiplient les actions. Certains ont décidé de faire pression sur le gouvernement en refusant de présider les jurys du baccalauréat 2009. Au risque de rendre leur mouvement moins populaire.

“Cela va dresser les gens contre nous”

"Nous avons envoyé des lettres individuelles au rectorat pour manifester notre refus de présider les jurys du baccalauréat cette année", explique Michel Savaric, maître de conférence à l'université de Franche-Comté et auteur d'une pétition publiée sur Internet.

"Notre action a une portée symbolique parce que nous ne sommes pas majoritaires. La seule chose qui pourrait vraiment embarrasser le rectorat serait un refus général des universitaires, comme ce qui s'est passé à la faculté de Rouen", où la majorité des professeurs a refusé de prendre part aux jurys.

De son côté, Isabelle This-Saint Jean, professeure à l'université Paris-13, craint que ce moyen d’action ne dresse la population contre le mouvement, même si elle le comprend. “Il y a d'autres moyens d'action. Refuser de présider les jurys du bac n'est pas un moyen d'action crédible, à mon avis. Il pourrait se révéler contre-productif”.

“Ça ne remet pas du tout en cause les examens du bac”

Pour éviter un dysfonctionnement dans le déroulement de l’épreuve, l'Education nationale, contactée par FRANCE 24, prévoit tout simplement de les remplacer par leurs collègues qui se porteraient volontaires. “Les examens du bac ne sont pas remis en cause cette année, étant donné que ceux qui refusent de faire partie des jurys sont minoritaires”.

Par ailleurs, le code de l'Education nationale (article D334-21) indique que "les présidents de jury peuvent être assistés, ou suppléés, par des présidents adjoints choisis par le recteur parmi les professeurs agrégés ou, à défaut, parmi les professeurs certifiés de l'enseignement du second degré exerçant dans un établissement d'enseignement public". Les professeurs remplaçants peuvent, également, être en activité ou à la retraite.

 

 

Première publication : 28/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)