Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

FRANCE

Les universitaires affirment leur détermination

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 28/04/2009

Universitaires et étudiants sont mobilisés, ce mardi, pour réaffirmer au gouvernement leur refus de la réforme des universités qui constitue, à leurs yeux, une réelle menace pour l'avenir de l'enseignement supérieur.

Etudiants, enseignants, chercheurs et personnels administratifs se sont réunis, mardi, près de l'université de Jussieu, dans le Ve arrondissement de Paris, au son du slogan "Le savoir n’est pas une marchandise, l’université n’est pas une entreprise !"


Il s’agit de leur 11e journée de manifestation depuis le début de la mobilisation, le 2 février.


Tous sont là pour défendre l’université comme service public. C’est pourquoi la manifestation de ce mardi est organisée conjointement avec celle des personnels de santé opposés au projet de loi Bachelot. Les deux cortèges se sont rejoints en début d’après-midi pour défiler ensemble jusqu’au Sénat.


Depuis plus de trois mois un bras de fer oppose la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, aux étudiants et professeurs du supérieur qui dénoncent plusieurs points de la réforme.


Au cœur du litige, la loi relative aux libertés et aux responsabilités des universités, dite LRU, qui prévoit notamment de donner davantage d’autonomie aux universités y compris pour ce qui est de leur gestion financière, mais aussi la réforme du statut des enseignants-chercheurs. Laquelle introduit la notion - contestée - de "modulation" par les présidents d'université des heures d'enseignement des professeurs.

 

"L’université est en danger"


"Il faut que toute la loi LRU soit retirée, tous les décrets en découlent", explique Claire. "Avec la loi LRU, c’est le service public qui est menacé", renchérit Clémence. Agées de 18 et 19 ans, elles sont toutes deux étudiantes en cinéma.

 


Dominique, enseignante en sciences informatiques à Paris-12, s’inquiète des conséquences de cette réforme : "L’accès à l’enseignement supérieur sera de plus en plus inégalitaire, avec notamment la sélection par l’argent."

 


Pour Yann Philippe, professeur des civilisations américaines à l’université de Reims et membre du collectif "Sauvons l’université", "l’université est en danger, l’avenir des petites universités est en jeu et l’avenir des étudiants les plus défavorisés qui ne pourront pas aller dans les plus grandes universités est menacé."


"Le gouvernement est sourd !"


Anne, Françoise et Estella, enseignantes à la Sorbonne, sont venues manifester ensemble, toutes matières et grades confondus, parce que "ce qui se passe dépasse les cas particuliers", estiment-elles.


"Le gouvernement a passé le décret en douce pendant les vacances", dénonce Estella. "C’est notre contrat de travail qui est modifié sans négociations préalables !" s’indigne Anne, professeure d’anglais, faisant référence à la réforme du statut des enseignants-chercheurs, autre point d’achoppement de la réforme.

 


"Il y a une idéologie sous-jacente à cette réforme qui ne nous plaît pas, qui est la privatisation. C’est tout un projet de société qui est en jeu, c’est le modèle français de service public qui est en danger", explique Estella. "Le gouvernement est sourd ! s'emporte Françoise. Ce qu’on souhaite c’est qu’on déchire la copie, qu’on retire les décrets, et qu’on mette autour d’une table, les personnes concernées avec les syndicats et les collectifs comme 'Sauvons la recherche' et 'Sauvons l’université'."


La mobilisation reste forte


Malgré plus de deux mois et demi de conflit, la détermination des manifestants ne faiblit pas. "On restera là aussi longtemps que le gouvernement ne répondra pas aux questions des universitaires, des personnels administratifs et des étudiants", s’exclame Françoise, professeure de sciences économiques.


Ils étaient environ 12 000 à manifester ce mardi à Paris, selon les organisateurs, 1 600 selon la police.


D'après Yann Philippe, du collectif "Sauvons l’université", c’est précisément "la politique de surdité du gouvernement qui alimente le mouvement".

 

 

Première publication : 28/04/2009

COMMENTAIRE(S)