Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Hollande : Assad "n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

Sports

Éric Gerets n'entraînera plus l'OM à la fin de la saison

Dernière modification : 30/04/2009

Alors qu'il est en passe de conduire l'Olympique de Marseille à son premier titre de champion de France depuis 17 ans, le technicien belge Éric Gerets, arrivé au club en septembre 2007, a décidé de quitter son poste à la fin de la saison.

AFP - L'entraîneur de Marseille (L1) Eric Gerets a largement fait porter la responsabilité de son départ de l'OM, annoncé mardi, aux déclarations de l'actionnaire du club Robert Louis-Dreyfus en janvier, dans un entretien à la radio RTL qui sera diffusé mercredi matin.
  
"Je crois que mon parcours n'a pas été trop mauvais jusqu'à maintenant. Que certains oublient au moment où la saison commence que l'on soit passé de la 18e à la 3e place la saison dernière, je peux encore l'imaginer. Mais après décembre, où nous avons oscillé de la 3e à la 5e place, il y a eu cette interview de Robert Louis-Dreyfus", explique Gerets, en allusion à cet entretien paru le 14 janvier dans l'Equipe.
  
Robert Lous-Dreyfus "se sentait obligé de m'attaquer aussi, car je me sentais attaqué, et il a certainement oublié notre parcours. Il avait des doutes. Quelqu'un qui dit que tu dois être 2e à la fin du championnat, c'est quelqu'un qui doute et moi je n'ai pas bien compris", a poursuivi Gerets. "RLD" rappelait en effet fermement aux dirigeants marseillais l'objectif de terminer dans les deux premiers du championnat (l'OM était alors 4e), tout en critiquant certaines décisions en matière de recrutement.
  
Selon le technicien belge, qui affirme qu'aucune "proposition de contrat, quelle qu'elle soit, ne (lui) a été remise", le président Pape Diouf a ainsi été "mis dans une situation impossible" par "un chef qui dit qu'il veut attendre la fin du championnat".
  
Expliquant qu'il avait "donné un signal assez fort" avec le redressement de l'équipe opéré de janvier à mars, aujourd'hui leader de L1 avec 5 points d'avance, Gerets affirme ensuite: "à un moment donné, je me suis dit: je ne peux plus attendre. J'ai pris la décision de quitter ce club, le premier où j'ai connu des sensations pareilles. C'est dommage, car en 5 minutes, ce problème aurait été réglé. Mais à un moment donné on a aussi sa fierté".
  
Rendant hommage à Diouf, qui a "cru" en lui, Gerets se dit "triste que cette offre ne soit pas venue de sa part. D'un autre côté, il était dans une situation où il ne pouvait faire ni l'un ni l'autre. Je ne lui en veux pas. Je n'en veux à personne, c'est l'actionnaire qui donne de l'argent, et s'il a envie de faire des déclarations comme il l'a fait, je dois l'accepter. Mais il doit aussi accepter qu'un homme a sa fierté et que, s'il doit attendre trois mois, les choses puissent aller dans une autre direction".
  
Selon des informations de presse parues mardi, ce qui l'a "obligé" à confirmer son départ, Gerets devrait s'engager avec le club saoudien d'Al-Hillal.

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)