Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

FRANCE

Sur le banc des accusés, Fofana multiplie les provocations

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2009

Le procès des 27 membres du "gang des barbares", poursuivis pour le "meurtre aggravé" d'un jeune homme de confession juive, s'est ouvert devant la cour d'assises de Paris par des provocations du principal accusé, Youssouf Fofana.

Le procès des 27 membres du "gang des barbares" a débuté, ce mercredi, devant la cour d'assises de Paris pour l'enlèvement et l'assassinat d’Ilan Halimi en 2006, un jeune homme de confession juive.

 

Dès l’ouverture du procès, Youssouf Fofana, le principal accusé, multiplie les provocations. "A son arrivée dans le box des accusés, il a levé la main et prononcé ‘Allah Akbar !’, 'Allah est grand'", raconte Hélène Drouet, envoyée spéciale de FRANCE 24 au tribunal de Paris.

 

"Lorsque la présidente du tribunal lui demande de confirmer son identité, Youssouf Fofana donne ‘Arabe-Africain’ en guise de prénom et ‘Révolte armée barbare salafiste’ en guise de nom de famille", poursuit-elle.

 

Youssouf Fofana déclare également être né le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois, date et lieu où Ilan Halimi a été retrouvé, à l’agonie.

 

"La famille Halimi a paru atterrée par ces provocations, qui laissent augurer de l’atmosphère qui va régner pour le reste du procès", rapporte la journaliste.

 

Le procès devrait durer dix semaines. Ruth Halimi, la mère de la victime, le souhaitait public. Les débats se dérouleront finalement à huis clos, deux des accusés étant mineurs au moment des faits. "Ni la presse ni le public ne pourront assister aux débats", précise Hélène Drouet.

 

Torturé et brûlé vif

 

Le 20 janvier 2006, Ilan Halimi, salarié dans un magasin de téléphonie mobile, est attiré par une jeune femme en banlieue parisienne, où il sera enlevé, avant d’être séquestré dans une cité de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine.

 

Les kidnappeurs réclament alors à la famille d’Ilan, qu'ils pensent riche car de confession juive, 450 000 euros en échange de sa libération.

 

Dans l’attente de la rançon, qui ne pourra jamais être payée, Ilan Halimi est torturé par ses ravisseurs puis brûlé vif et abandonné près d’une voie ferrée, où il sera retrouvé agonisant le 13 février, avant de décéder sur le chemin de l'hôpital.

 

Une complice, qui a préféré se rendre à la police, permettra aux enquêteurs de retrouver Youssouf Fofana, en cavale en Côte d'Ivoire. Il sera finalement arrêté le 23 février et extradé vers la France quelques jours plus tard.
 

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)