Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le TSL ordonne la libération de quatre généraux libanais

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/04/2009

Le Tribunal spécial pour le Liban a demandé la libération des 4 généraux détenus dans l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri. Sur FRANCE 24, le ministre de la Justice libanais a annoncé qu'ils allaient être libérés immédiatement.

Le juge de mise en état du TSL, Daniel Fransen, a ordonné la libération des quatre généraux libanais détenus au Liban depuis 2005, dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri.


Il s'agit de l'ex-chef de la garde présidentielle, Moustafa Hamdane, de l'ex-directeur général de la Sûreté générale, Jamil Sayyed, de l'ex-chef des Forces de sécurité intérieure, Ali Hajj, et de l'ancien chef des renseignements de l'armée, Raymond Azar.

 

Bien qu'ils soient détenus au Liban, leur sort dépendait du TSL, la justice libanaise ayant décidé de se dessaisir du dossier à son profit, début avril.

 

À quelques semaines des élections législatives libanaises qui verront s’affronter Saad Hariri, le fils de l’ex-Premier ministre assassiné et leader de la majorité parlementaire anti-syrienne, et l’opposition conduite par le Hezbollah, la décision du TSL était très attendue au sein de la classe politique.

 

La création de ce tribunal avait été, en effet, une pomme de discorde entre majorité anti-syrienne et opposition pro-syrienne.

 

Créé en 2007 par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, il s’agit du premier tribunal international antiterroriste. Le TSL a débuté ses travaux le 1er mars, dans la banlieue de La Haye.

 

Il est notamment chargé de faire la lumière sur l'assassinat de Rafic Hariri tué, en compagnie de 22 autres personnes, dans un attentat à la camionnette piégée à Beyrouth, le 14 février 2005.

 

Dans deux premiers rapports, une commission d'enquête mandatée par l'ONU avait fait état de "preuves convergentes" sur l'implication des services de renseignements syriens et libanais dans l'attentat.

 

Bien que des noms de proches du président syrien Bachar al-Assad aient été cités par les enquêteurs, Damas a toujours nié toute implication.

 

Première publication : 29/04/2009

COMMENTAIRE(S)